Retrouvez toute l'actualité d'Acc'Or à Louhans

Découvrez les différentes nouveautés et actualités de votre thérapeute et sophrologue (71)

Visitez le site de votre sophrologue et thérapeute Acc'Or à Louhans pour découvrir les actualités et les nouveautés !

 

La sophrologie pour gérer son stress autrement qu'avec la cigarette

Le mois sans tabac ? Une bonne idée mais est-ce si facile ?

Vouloir se passer de cigarettes est un bon moyen de préserver sa santé et de faire des économies.

Cependant une addiction a souvent un rôle inconscient.

En effet, elle peut être le seul moyen trouvé pour gérer le stress, palier à un manque de confiance en soi ou à un sentiment d’insécurité, etc…

Se priver de cette « béquille » sans trouver une autre façon de gérer la difficulté en question peut s’avérer complexe sur la durée.

Le risque est, bien entendu la reprise de l’addiction.

Malheureusement, cette rechute s’accompagne souvent de culpabilité et d’une baisse de la confiance en soi et de l’estime de soi.

Le sujet ne se sentant pas « capable d’arrêter », pense qu’il est une « mauvaise personne » n’ayant pas de volonté.

Il n’a pas toujours conscience que la volonté n’est pas le seul paramètre à prendre en compte.

Déjà, il y a une dépendance physique aux substances et cette partie là peut être gérée par le corps médical qui peut proposer un sevrage en douceur et des alternatives au manque de nicotine.

Ensuite, il est important de se fixer un objectif plus important.

En effet, l’arrêt du tabac n’est pas forcément un objectif mais surtout un changement comportemental.

Qu’est-ce qui peut donner du sens à ce désir ?

Améliorer son état de santé ? Faire des économies pour partir en vacances ?

Il est important de pouvoir se connecter au bénéfice à plus long terme et de savoir pourquoi chaque jour il sera important de ne pas céder à la tentation.

Sans but précis, il est trop facile de renoncer au projet.

Ensuite, l’identification des bénéfices primaires et secondaires de l’addiction, est important, tout simplement pour chercher comment obtenir ces bénéfices autrement.

Qu’est-ce que la cigarette apporte et comment l’obtenir par d’autres moyens ?

Mais ce n’est pas tout. Il est important également de se désidentifier du statut de « fumeur ».

L’individu n’est pas un « fumeur » mais une personne qui fume. Cet acte ne le définit en aucun cas.

Une "personne qui fume" peut devenir une "personne qui réduit sa consommation de cigarettes". Ou encore, "une personne qui se libère de l’emprise du tabac". Et pourquoi pas "une personne qui relève un défi".

Chacun retiendra la formulation qui lui correspond le mieux.

Mais la désidentification est essentielle pour la bonne est simple raison que pour le cerveau inconscient ne plus être ce que l’on pense être est très anxiogène.

Aussi en affirmant que fumer n’est pas ce que je suis mais ce que je fais, il est plus facile de changer un comportement que de se changer soi.

L’inconscient a pour fonction de préserver la vie de l’individu grâce au système nerveux autonome. Aussi ne plus être (quel que soit le terme que l’on met derrière le verbe être) veut dire mourir (l’inconscient peut être parfois très binaire) et donc cela peut générer de l’anxiété et comment un fumeur gère-t-il son anxiété ? En fumant

Aussi, la prise en considération de tous les facteurs entretenant l’addiction est essentielle.

La sophrologie dispense de bons outils pour optimiser le processus de libération du tabac, à condition, bien sûr que le sujet soit déterminé et prêt à opérer d’autres changements dans sa vie qui faciliteront sa réussite.

Il est également important de trouver un bon équilibre psycho affectif et corporel permettant de pérenniser ce changement en trouvant, à travers lui, un accès à l’épanouissement.

Pour plus de renseignements, contactez-moi au 06.64.66.03.37

 

La physiologie au service de la psychologie

Physiologie et psychologie :Quand on y regarde de plus près, seulement quelques lettres permettent de distinguer ces deux mots.Il est intéressant de comprendre que nos problématiques psychologiques (angoisses, stress, peurs, colère etc…) sont entretenues par des processus physiologiques ( excès d’adrénaline et de cortisol, mauvaise respiration, accélération du rythme cardiaque, tensions musculaires…)A l’inverse, une mauvaise hygiène de vie (mauvaise alimentation, sédentarité, etc…) a un impact direct sur notre état d’esprit (frustration, irritabilité, sentiment d’impuissance, procrastination, manque d’énergie etc…)Depuis l’antiquité, un courant de penser vise à rechercher « Mens sana in corpore sano », c’est-à-dire, un esprit sain dans un corps sainPour autant, si le projet est attractif, il n’est pas si évident à mettre en application.La pratique d’une activité sportive et une alimentation équilibrée, associées à une bonne culture générale ne suffisent pas toujours à l’atteinte et au maintien d’un équilibre intérieur.

 

 

L’engouement des pratiques holistiques :thérapie holistique

Si les pratiques holistiques ont le vent en poupe, c’est justement parce que beaucoup ont bien compris que les différentes difficultés vécues étaient multifactorielles.

Elles sont conditionnées par notre état d’esprit, nos limites (réelles ou supposées), nos comportements, et notre environnement.

Aussi, pour dépasser ces difficultés, l’être humain a besoin de relever des défis, et d’avoir suffisamment d’énergie pour faire face aux épreuves que la vie met sur son chemin.

La pratique holistique permet donc de prendre en considération les différents paramètres de la situation afin de pouvoir agir sur chacun d’eux.

Aussi le consultant va pouvoir apprendre à :

 

 

 

 

 

  • Faire un état des lieux de sa situation actuelle :

Cela permet de faire le point et de contextualiser la difficulté à dépasser. Cette étape permet également d’effectuer des prises de conscience, d’exprimer et de libérer les émotions sous-jacentes et de réduire les tensions afin de pouvoir être plus disponible pour la suite qui consiste à :

  • Identifier ce qu’il veut vraiment :

En effet, comme le dit Socrate : « nul vent n’est favorable à celui qui ne sait où il va ». Aussi il est important de définir un objectif ou un projet porteur de sens. Si l’objectif apparait parfois de lui-même, il arrive que cette quête de sens prenne un peu plus de temps.

  • Lâcher prise :

Cela consiste à cesser de s’inquiéter et de se tendre physiquement sans aucune productivité. C’est en parvenant à une détente corporelle, que le mental peut s’apaiser et s’ouvrir à une autre perception des choses.

  • Prendre de la distance et changer son regard sur les choses :

C’est en adoptant des angles de vue différents que les solutions apparaissent plus aisément. L’image ici, serait de contourner l’arbre qui cache la forêt. Cela permet la création de nouveaux chemins neuronaux dans la conceptualisation de la situation et d’identifier les choix et options possibles.

 

 

 

  • Prendre des décisions :

C’est en ayant pris conscience de ce qu’il y a à changer que l’individu peut commencer à sélectionner comment il veut changer les choses. Aussi, il devra choisir son « comment » parmi les différentes options identifiées.

  • Acquérir et développer des ressources :

En effet, parfois, il est important d’identifier ce qui va être nécessaire à la mise en place du changement. Plus d’énergie ? De courage ? Plus de rigueur ? Des moyens matériels ? Il est important de partir en quête des moyens nécessaires à la réalisation des changements désirés.

  • Passer à l’action :

C’est l’étape du test. Réaliser des actions différentes pour produire des résultats différents.

  • Ajuster les actions :

En fonction des constats effectués, il est important que le consultant vérifie qu’il ne fait pas « trop » ou « trop peu » et que ses actions sont justes vis-à-vis de l’objectif qu’il s’est fixé. Cela passe par l’observation des changements générés par les actions réalisées.

 

 

 

  • Planifier le maintien de l’équilibre trouvé :

Une fois que le sujet a trouvé la dynamique intérieure et positive qui lui permet de surmonter les différentes épreuves qu’il a à traverser, alors il est important qu’il trouve sa vitesse de croisière. Que devra-t-il continuer à faire pour rester suffisamment fort pour affronter les vicissitudes de la vie et que devra-t-il faire également pour avoir des compensations. Le but est qu’il puisse répondre à ses exigences (souhaitées ou imposées) en ayant une contrepartie positive afin de pouvoir maintenir son niveau d’engagement.

Cela sera difficile si le jeu n’en vaut pas la chandelle, c’est pourquoi il est important que l’objectif défini ait suffisamment de sens pour permettre la réalisation de soi.

 

 

 

 

 

 

 

 

Et la physiologie dans tout ça ? 

L’apport de la prise en compte de la physiologie dans le processus est essentiel. Il s’agit de capitaliser sur les fonctions du corps (cerveau compris) pour permettre au sujet de répondre à ses besoins.

Afin d’être performant et efficace et de rester connecté à son objectif, l’être humain a besoin d’être bien dans son corps et de pouvoir utiliser au mieux ses fonctions cognitives et ainsi être bien dans sa tête.

La respiration, la détente neuromusculaire, le sommeil, permettent le repos et la mise à jour des informations. Le système nerveux autonome permet la régulation des différents organes et la récupération.

L’alimentation et l’hydratation adaptées à l’individu permettent d’obtenir de l’énergie nécessaire et suffisante pour les actes du quotidien et l’élimination des déchets permet d’éviter l’intoxication.

La pratique d’une activité physique permet l’entretien de la souplesse, de la force et de l’endurance (chacun à son niveau et selon ses besoins bien sûr). Cela permet également de se défouler et d’éliminer les toxines)

Un bon rapport à son corps et à son image facilite le rapport aux autres également. Il s’agit à la fois de se sentir bien physiquement dans son corps, mais aussi de pouvoir aimer son image, donc de la façonner en fonction de soi.

 

La relation à soi-même et aux autres apportent également son lot de ressources. Confronter ses idées, avoir des échanges verbaux, des contacts physiques permet d’élargir son champ de conscience et d’adopter parfois des points de vue différents.

Enfin tout ce qui apportera du bien-être au corps aura pour effet la sécrétion d’hormones stimulant la réflexion, l’attention, la concentration, la mémorisation, la créativité, mais aussi la volonté et la motivation. Tout cela est bénéfique pour l’apprentissage et la recherche de solutions, mais également pour l’engagement dans l’action et le maintien du focus sur l’objectif plus grand à l’origine de tout ce processus.

Cet objectif répond à « Quelle mission je sers et quel humain je veux devenir ? »

 

 

 

 

En conclusion :

Le corps a des besoins et lorsque ses besoins sont satisfaits, l’individu est plus disponible et plus flexible pour se développer, progresser et se réaliser.

Chaque individu étant unique, il est important de savoir ce qui est bon pour soi et donc de mieux se connaitre. Les approches holistiques permettent donc une approche personnalisée et adaptée à chacun en tenant compte de sa spécificité et de la spécificité de sa situation.

Prendre en considération les processus physiologiques qui sont en jeu dans les problématiques psychologiques et les utiliser en sa faveur plutôt que de les subir, est tout un art.

Pour ça faut-il encore les connaitre, les reconnaitre et apprendre à agir en conséquence.

Un suivi en thérapie permet de repérer ses propres mécanismes et de pouvoir impliquer son corps dans la gestion du changement.

Vous vous sentez prêt.e pour entreprendre cette démarche ? Alors contactez-moi au 06.64.66.03.37

En accord avec soi pour être en accord avec son cheval !

Nouveau module article

 

De quoi parlons-nous lorsque nous parlons d’accord ?

Le terme « accord » a ses propres spécificités dans bien des domaines. Voici un copier/coller du Larousse :en accord avec son cheval

  • "État des relations entre personnes ou groupes qui n'ont pas ou n'ont plus de motifs de s'opposer en matière d'idées, de sentiments, d'intérêts ; entente, harmonie : Un parfait accord entre amis.
  • Déclaration par laquelle une personne privée, une collectivité reconnaît approuver, permettre quelque chose ; consentement, autorisation : Donner son accord verbal.
  • Arrangement entre deux ou plusieurs parties pour régler un différend, définir les modalités d'une entente ; convention, traité : Un accord sur les salaires d'une profession.
  • Rapport de concordance ou de convenance existant ou établi entre des choses et qui est satisfaisant pour l'esprit ; adaptation, harmonie : Accord de l'expression avec la pensée.
  • Céramique
    Bonne adhérence, après cuisson d'une glaçure, d'un émail ou d'une couverte sur le corps de la céramique.
  • Droit
    Rencontre des volontés dans le but de produire les effets de droit désirés par les parties. (Un contrat est un accord.)
  • Électricité et Électronique
    Action de régler aux valeurs voulues la ou les fréquences de fonctionnement d'un circuit oscillant ou d'un appareil.
  • Linguistique
    Correspondance établie entre des unités linguistiques liées syntaxiquement et dont l'une agit sur la forme des autres.
  • Musique
     
    1. Union coordonnée d'au moins trois sons constituant l'harmonie. (On distingue accords plaqués et accords brisés, ou arpégés.)
    2. Réglage de la justesse d'un instrument. (Il s'opère en agissant sur la tension des cordes ou des membranes ou sur la longueur des tubes.)
  • Parfumerie
    Harmonie olfactive résultant du mélange approprié de matières premières odorantes."

 

 

Je trouve très intéressant ce terme, car toutes les définitions pourraient s’appliquer à ce que l’on recherche en équitation physiquement ou métaphoriquement.

Le cavalier recherche à être en accord avec son cheval, à trouver une harmonie relationnelle, une adhérence de son assiette. Il souhaite vibrer sur la même fréquence afin que les désirs de l’un correspondent aux désirs de l’autre. 

Le cavalier et le cheval ont besoin d'accorder leurs violons ;)

 

Mais, pour ce faire, il est important de trouver déjà cette harmonie à l’intérieure de soi.

 

Pourquoi et comment s’accorder soi-même ?

 

Pourquoi ? Et bien tout simplement parce que plus le cavalier est en accord avec lui-même, plus il est centré. Cela veut dire qu’il est aligné sur son objectif et qu’il canalise, son mental, ses émotions et son corps vers un objectif.

Il lui est alors plus facile d’être clair dans sa demande auprès de son cheval.

Ne parle-t-on pas d’accord des aides ?

Oui un cavalier a besoin d’accorder ses aides pour que le cheval comprenne ce qu’il attend de lui.

 

« Alors, comment faire ? » me direz-vous !

Et bien c’est très simple !

 

L’équitation est un des rares sports dans lequel le pratiquant n’est pas sensibilisé à la préparation.

Préparation physique de type échauffement, étirement, mais aussi assouplissement en dehors de la pratique et cardio pour le souffle et le cœur.

Préparation mentale en ayant des objectifs clairs à atteindre et en envisageant les actions à mener pour les atteindre.

Gestion des émotions, pour se mettre en condition et ne pas être sous le joug d’un sentiment qui saboterait l’énergie, la concentration ou le savoir-faire du cavalier.

 

Quelques outils pour être en accord avec soi-même :

  • La respiration permet de se recentrer et de faciliter la gestion des émotions
  • La décontraction neuro-musculaire permet d’être plus à l’écoute de son corps et de mieux gérer ses mouvements.
  • La visualisation pour avoir une vision claire de ses propres attentes et se projeter dans une dynamique de réussite.

 

Que changer pour être en accord avec soi et avec son cheval ?

 

A mon sens, il est important de changer notre rapport au temps.

Prendre le temps d’être au clair avant même de monter, sur l’objet de la séance.

Prendre le temps de détendre son cheval en vérifiant qu’il répond aux demandes de bases (avancer, tourner s’arrêter) et si cela n’est pas optimal, et bien, corriger.

Exiger plus, en demandant souvent, jusqu’à régler les problèmes de base avant de les re rencontrer sur des exercices plus difficiles.

 

Si mon cheval précipite dans sa détente, il y a de grande chance qu’il précipite dans ma cession à la jambe ou à l’abord de mon obstacle.

Prendre le temps de préparer chaque exercice.

C’est-à-dire avoir suffisamment d’équilibre, d’impulsion, de vitesse si besoin et un cheval correctement orienté pour qu’il effectue ce qui lui est demandé.

C’est tellement souvent que je vois des cavaliers demander au dernier moment, à leur cheval de changer de direction, de partir sur un exercice ou d’aller sauter que ni le bipède ni le quadripède ne sont prêts en réalité.

Alors s’en suivent des conflits qui n’auraient pas lieu d’être si chacun s’était préparé.

Et bien oui, il s’agit juste de bon sens.

Cela a l’air tellement évident à lire !

Et pourtant, lorsque le cavalier est à cheval, il a parfois laissé sa réflexion dans le box…

En prenant le temps, en montant avec sa tête, beaucoup de problèmes pourraient être réglés.

Pour autant, monter avec sa tête ne veut pas dire oublier son corps.

Car c’est par le corps, par nos capteurs sensoriels que nous prenons les informations du monde extérieur.

En étant à l’écoute de son corps, le cavalier prend conscience de ce qui peut nuire à la bonne réalisation de l’exercice.

Et par là même, y remédier.

 

 

 

 

 

Vous l’aurez compris, c’est en s’intéressant à sa dynamique intérieure et à ses dispositions corporelles, que le cavalier peut s’accorder avec lui-même.

C'est le propre de la méthode Caval-Connect qui vise à valoriser la relation homme-cheval dans la pratique des sports équestres, mais aussi dans la conduite thérapeutique ou le processus coaching.

L'Homme est alors plus disponible, plus flexible pour communiquer plus facilement avec son cheval.

Plus à l’écoute de ce dernier, il peut alors ajuster l’emploi de ses aides et régler avec beaucoup plus d’aisance et de douceur, les difficultés rencontrées.

Si cette philosophie vous intéresse, si vous avez besoin de clefs pour passer au niveau supérieur, dépasser un blocage, développer votre tact équestre, sachez que plusieurs possibilités vous sont offertes :

Vous êtes dans une structure et vous souhaitez y organiser un stage ?

Vous êtes cavalier autour de la région louhannaise et vous souhaitez des cours ou de la préparation mentale à cheval ou en salle ?

Alors, contactez-moi au 06.64.66.03.37

 

Vous souhaitez effectuer un stage ou prendre des cours en Rhône Alpes, dans la structure Caval-Connect à 20 minutes de Lyon ?

Alors, contactez Sébastien au 06.35.49.35.16

La sophrologie et les troubles du sommeil

troubles du sommeil et sophrologie

Les troubles du sommeil :

Nous le savons, le sommeil est indispensable à notre équilibre.

Pourtant, dormir ne suffit pas, la qualité du sommeil est également importante.

Nombre de personnes sont en proie à l’un ou l’autre de ces problèmes :

  • Des difficultés d’endormissement,
  • Des réveils nocturnes, des cauchemars,
  • Du somnambulisme,
  • Un réveil trop matinal
  • (…)

Alors, elles se réveillent plus fatiguées qu’elles ne se sont couchées.

Bien souvent, la solution proposée est médicamenteuse.

Cependant le trouble du sommeil est bien souvent le symptôme d’un état de stress, de contrariétés non-résolues ou de mauvaises habitudes.

 

 

 

Les effets d’un mauvais sommeil : 

Un sommeil non réparateur nuit donc à l’équilibre psycho-somato-émotionnel.

En effet, le corps est moins reposé, donc en état de tension. Le cerveau n’a pas lâché prise, donc les idées sont confuses et la personne, bien souvent, à fleur de peau et irritable.

Il paraitrait qu’en plus le manque de sommeil favorise la prise de poids.

La qualité de vie est donc en partie altérée par une mauvaise qualité de sommeil.

Si le stress peut être la source d'un mauvais sommeil, le manque de sommeil peut à son tour renforcer l'état de stress et ce cercle vicieux fait que les deux phénomènes s'auto -alimentent.

La sophrologie a pour but des désamorcer ce processus en intervenant sur chaque paramètre.

 

 

 

 

 

 

 

 

sophrologie et sommeilLes effets de la sophrologie sur les troubles du sommeil :

En tant que sophrologue, je n’aborde jamais un problème de front.

Un questionnement précis permet d’identifier à la fois la spécificité de votre problème de sommeil, mais également d’en comprendre le contexte et de rechercher les aménagements à effectuer pour favoriser un sommeil réparateur parallèlement au travail fait ensemble.

Le dialogue et la compréhension partielle ou totale de la cause est donc indispensable.

 

Nous commençons par accéder à un état de détente et je vous propose des exercices de respiration et de décontraction neuromusculaire afin que vous puissiez les reproduire à la maison.

Ensuite, selon votre situation, nous recherchons :

  • A apaiser vos peurs, angoisses, sentiments d’anxiétés ou votre stress.
  • A inclure dans votre quotidien des rituels favorisant le lâcher-prise et l’endormissement.
  • A développer un état intérieur positif propice à l’installation d’un sommeil de qualité.
  • A opérer un reconditionnement positif pour envisager un sommeil profond et réparateur.

Prenant chaque personne en considération selon sa spécificité, d’autres choses seront travaillées qui ne sont pas forcément répertoriées ici.

Le nombre de séances nécessaires oscille entre 6 et 12 selon les besoins, et bien souvent, le travail sur la gestion du sommeil n’est qu’un paramètre d’un objectif plus grand.

La personne ayant besoin d’être opérationnelle pour aborder un évènement ou une situation, il lui est indispensable de pouvoir se ressourcer pleinement lorsqu’elle dort.

Et vous, que feriez-vous si vous dormiez mieux et que vous ayez plus d’énergie ?

Pour consulter, rien de plus simple :

Vous pouvez m’appeler au 06.64.66.03.37 ou me contacter par mail sur accorsophro@gmail.com

Si vous avez besoin d'esn savoir plus sur mes consultations, vous pouvez cliquer ici

.

Gestion de la douleur par la sophrologie

Qu’est-ce que la douleur ?

La douleur se manifeste par une sensation désagréable, pénible, voire insupportable.

Lorsque nous avons mal, notre organisme est en état de stress.

La douleur, une réalité biologique:

  • Tension musculaire
  • Accélération du rythme cardiaque. Parfois le rythme cardiaque est perçu à l’endroit douloureux (ça lance)
  • Mauvaise respiration (haletante et/ou uniquement thoracique).

 

La douleur, une réalité mentale :

  • Focalisation de l’attention sur la douleur
  • Manque de concentration sur le monde extérieur
  • Questions qui tournent en boucle « pourquoi moi ? » « quand est-ce que ça va s’arrêter ?», « qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ? » « Est-ce que c’est grave ? » « Est-ce que quelqu’un peut faire quelque chose ? »

 

La douleur, une réalité émotionnelle :

  • Peur (d’avoir quelque chose de grave ou que la douleur perdure dans le temps).
  • Culpabilité (liée à la cause de la douleur ).
  • Irritabilité (en pic de douleur, l’individu est plus centré sur lui que sur les autres).
  • Tristesse (liée au fait d’être victime des circonstances)
  • Honte (liée au fait d’être vue en situation de faiblesse)

La douleur, une réalité comportementale :

  • Repli sur soi
  • Boiterie
  • Position du corps non physiologique
  • Agressivité
  • Pleurs
  • Tentative de soulagements

 

La synthèse de tout cela :

Ce qui notifié précédemment parait réducteur, puisque chaque personne a sa propre réaction à la douleur mais cela permet bien de comprendre que la douleur se décline sous différents aspects.

La douleur reste un message envoyé par le corps pour informer le cerveau d’un dysfonctionnement ou d’une lésion.

Elle peut être physique (plaie, fracture, contusions, entorses etc…) ou émotionnelle (boule au ventre liée à l’angoisse, cœur brisé après une rupture sentimentale etc…)

Comme le cerveau est alerté par le corps que son intégrité est mise en péril, alors il (le cerveau) donne la priorité au traitement de cette information.

C’est pourquoi il y a focalisation de l’attention du sujet sur la zone douloureuse et cela amplifie la sensation de douleur.

L’individu vit un stress qui aura pour effet de modifier son rapport aux autres, à lui-même et au monde. Son comportement est alors, bien souvent, dicté par la douleur.

En quoi la sophrologie est une aide ?

Si, le temps de la séance, la douleur peut complètement disparaitre, le sophrologue n’a pas la prétention de supprimer la douleur de façon permanente.

Cependant, il propose à la personne un questionnement qui lui permet de mieux comprendre ce qu’il se passe, de décrire sa douleur et ses différents paramètres.

Il accueille également les réponses et entend la souffrance de son client. Il l’aide à l’exprimer, à poser des mots sur ses maux, ce qui est déjà, en partie, libérateur.

 Puis il dispense des techniques reproductibles pour :

  • Déverrouiller le corps, grâce à la respiration, et à des mouvements doux.
  • Défocaliser le mental de la douleur pour limiter l’amplification de la douleur par focalisation de l’attention dessus.
  • Se dissocier de la douleur le temps de la séance pour se connecter à des expériences plus agréables qui permettent de stimuler le bien-être.
  • Apprendre à diriger son mental l’aider à accéder à l’imaginaire pour se centrer sur des expériences agréables en « s’évadant » du corps douloureux.
  • Apaiser la charge émotionnelle négative, grâce à la bienveillance du praticien, mais aussi grâce à des méthodes stimulant les émotions positives.
  • Visualiser l’avenir de façon positive en se libérant des barrières et limites envisagées à cause de la douleur…

Vous l’aurez compris, la sophrologie s’adressant à tous les paramètres de la douleur apporte une réelle amélioration dans la gestion de celle-ci.

Bien entendu, il ne s’agit pas d’un soin réglant la cause de la douleur, mais de moyens permettant de limiter ses désagréments sur la personne.

Quoi qu’il en soit, la douleur reste un message donné par le corps dont il faut tenir compte et qui doit être prise en charge d’un point de vue médical par un professionnel de santé car elle peut être le symptôme de quelque chose de plus grave.

Si le traitement médical est donné par le médecin, le sujet trouvera chez son sophrologue, un soutien et des moyens pour agir sur les effets subjectifs de la douleur.

La sophrologie lui permettra d’être acteur de sa gestion de la douleur et s’il reproduit les exercices travaillés en séances apprendra à mieux vivre cette douleur et à activer ses ressources afin que cette douleur ne soit pas une barrière, un frein qui l’empêche d’accéder à ses projets ou ses désirs.

Bien sûr, en cas de douleur aigues privilégiez le médecin ou les urgences, mais dans le cadre de douleurs chroniques, douleurs de convalescence ou intermittentes, la sophrologie devient une aide efficace.

Plus d'informations ou prises de rendez-vous ? Contactez-moi ! https://www.samantha-mercier.com/

 

c'est la rentréeC’est la rentrée !

Finies les vacances, pour une bonne majorité d’entre nous !

La rentrée scolaire arrive et nous embarque avec elle.

Les juilletistes ont repris depuis déjà un mois et les aoutiens retournent sur le chemin du travail…

Mais la rentrée, en dehors du retour des contraintes, des horaires et des devoirs scolaires, c’est aussi la période des bonnes résolutions pour partir sur de bonnes bases.

La sophrologie est un bon moyen de gérer son stress au quotidien et de faire face à un monde de plus en plus exigeant.

Au-delà d’une simple gestion du stress, la sophrologie vous aide à gérer vos angoisses, vos émotions, elle est un allié puissant également dans la gestion de la douleur.

Elle permet de se préparer à des évènements anxiogènes (examens, concours, parentalité, prise de parole en public) et de réguler le sommeil.

La sophrologie psychocomportementale que je propose vise à faciliter la mise en place de changements durables.

La sophrothérapie, quant à elle, permet de travailler sur des problèmes de fond afin de sortir de schémas répétitifs et non désirés.

Je vous reçois sur rendez-vous à Louhans ou à Montret, et dans certains cas, je propose également des accompagnements par SKYPE : https://www.samantha-mercier.com/consultations-en-ligne

N’hésitez pas à me contacter pour prendre rendez-vous si vous êtes dans l’un des cas de figures cités plus haut et que vous souhaitez être accompagné.

Reprise des consultations à partir du Lundi 3 Septembre

Equitation et psychologie

La psychologie du cavalier :

Pour améliorer ses performances sportives, équestres ou non, l’être humain est appelé au dépassement de soi. Ce dépassement parfois physique, nécessite un travail mental de fond facilitant sa progression.

Il est question de gérer ses émotions et de conditionner son mental pour pouvoir faire face à l’ensemble des circonstances dans lesquelles la performance sera réalisée.

Aussi qu’il s’agisse d’affronter les éléments lors d’une randonnée un peu extrême, de gérer la pression lors d’une compétition, de dépasser sa peur face à l’appréhension d’un parcours de CSO ou de cross, le mental est fortement mis à contribution.

En effet, il s’agit, d’une part d’avoir les idées claires pour prendre des décisions rapides et, d’autre part, d’atténuer l’intensité des émotions pour qu’elles ne nous poussent pas à la faute en créant des tensions corporelles ou des mouvements involontaires.

Il s’agit donc de rester maître de soi pour pouvoir maitriser sa monture.

 

Le cheval, reflet de notre ombre ?

Comprenez ici l’ombre, selon la vision de Carl Gustav Jung. Ce concept psychanalytique représente toutes les parties de soi méconnues, voire non avouables.

Elle contient des caractéristiques positives comme négatives dont nous n’avons pas conscience.

C’est pourquoi nous avons tendance à les « localiser » dans le monde extérieur, et donc chez les autres. Ce que l’on appelle la projection.

(Au sens propre, notre ombre n’est-elle pas la projection du corps sur un support ? La trace laissée sur une surface lorsque le corps a intercepté les rayons du soleil…)

 

Aussi parfois, nous attribuons à notre cheval des intentions qui ne sont que dans notre esprit. Il devient alors l’incarnation d’une des parties de nous en conflit avec les autres.Il devient l’expression de nos propres résistances !

Je donnerais l’exemple de ces cavaliers d’obstacles qui se dirigent vers la barre, et dont le corps se « dégonfle » en s’en approchant.Une partie d’eux dit « non je ne peux pas sauter ça ! » tandis que l’autre s’écrie « allez, cette fois j’y vais ».

On pourra même remarquer la dualité physique avec des jambes qui poussent et des mains qui tirent.Alors une partie de notre corps formalise une demande tandis que l’autre exprime une demande contraire.

Le cheval, perdu, choisira soit ce qu’il arrange, soit ce qui est le moins dangereux pour lui (ou pas d’ailleurs puisque pris dans l’étau de nos contradictions, il n’aura pas forcément le recul pour trouver la réponse la plus sécure).Bien sûr, si cet exemple est parlant à l’obstacle, il est observable de façon plus subtile dans d’autres discipline, et de façon autant plus subtile que le cavalier a un bon niveau.

Cependant on retrouve ce phénomène à tous les niveaux.

Mais que faire alors ?Que peut-on attendre de la sophrologie ?

Voilà ce que nous proposons en préparation mentale :

Abaisser son niveau de stress pour accéder à une meilleure maîtrise de soi.

Apprendre à adapter son souffle à l’effort demandé.

Travailler sur la décontraction et le tonus musculaire pour améliorer sa capacité à relâcher ou tonifier une ou plusieurs parties du corps ensemble ou séparément. (mieux maîtriser son corps pour un emploi des aides optimal et le développement du tact équestre)

Travailler sur l’anticipation afin de mieux préparer chaque exercice (chaque figure de dressage, chaque saut d’obstacle etc…).

Axer son attention sur l’objectif et non sur ce qui est craint.

Développer son assurance pour se positionner en leader de son cheval.

En pratiquant la sophrologie, nous développons nos capacités physiques, mentales, et émotionnelles.

Se préparer mentalement est donc la clef d’une meilleure performance.

Je veux dire qu’à compétences équestres égales, de deux cavaliers, celui qui aura le meilleur mental sera privilégié. Parfois même, un moins bon peut gagner « au mental » sur un excellent (même si je ne parierais pas là-dessus ^^)

Tout cela se travaille en salle et peut être mis en application à cheval.                

Les techniques de préparation mentale actuelle, validées par les neuro-sciences, sont utilisées dans bien d’autres sports. L’équitation y vient de plus en plus, et les résultats sont remarquables

 

 

 

 

https://www.samantha-mercier.com/contact-et-tarifs

La préparation mentale du cavalier

Sans doute vous demandez-vous à quoi sert la préparation mentale du cavalier.

Pourtant, n’avez-vous jamais rencontré de difficulté à cheval par manque de concentration, excès de

stress ou à cause de votre humeur qui n’était pas au beau fixe ?préparation mentale cavalier

Vous savez, ces moments où on commence la séance et où on se dit :

« Ouuuh, ben si ça commence comme ça, je vais galérer ! »

Ou encore, ces moments où votre coach vous dit ce qu’il faut faire, vous avez compris, mais votre corps ne semble pas vouloir obéir à votre cerveau…

Quid de ces situations dans lesquelles on voudrait retrouver du calme mais on a l’impression que notre cheval « fait tout pour nous énerver ! »

Et que penser de ces concours durant lesquels tout se passe bien au paddock, et une fois en piste, c’est la débandade !

La déconcentration qui fait faire 4 points sur le dernier obstacle…

Cette figure de dressage ratée en début de reprise qui vous obnubile et vous empêche de briller dans les suivantes tellement vous êtes déçu.

N’avez-vous jamais connu cette amertume après une séance qui s’est mal passée et qui vous met en vrac jusqu’à la prochaine.

Mais tout cela fait partie de l’école de vie qu’est en réalité le sport équestre !

Non ! Nous ne sommes pas des machines, et nos chevaux non plus !

Nous éprouvons des émotions, et il est important d’apprendre à les gérer afin qu’elles n’altèrent pas

nos performances équestres.

 prépa mentale cavalierLa préparation mentale comprend un travail sur le corps et sur les émotions autant que sur le mental !

En effet, la préparation mentale est une approche holistique !

Elle prend donc, en considération l’intégralité de la personne.

La préparation mentale est utilisée dans beaucoup de sports mais n’est pas encore très répandue en équitation.

Pourtant, beaucoup de cavaliers professionnels l’utilisent, de façon assumée ou non.

Voici une liste non exhaustive de ce qu’apporte la préparation mentale :

  • Une meilleure gestion corporelle
  • Une mise à distance du stress et des émotions limitantes, tout en conservant leur effet « stimulant »
  • De la concentration et de la discipline mentale
  • L’équitation est un sport qui nécessite de la tonicité tout en gardant de la flexibilité et la préparation mentale du cavalier permet de trouver le juste équilibre.
  • La préparation mentale permet d’apprendre à être « connecté » à son cheval et à développer son tact équestre.

 

 

 

 

Et concrètement, que fait-on lors de séances de préparation mentale ?équitation préparation

La préparation mentale comprend des sessions en salle et des sessions à cheval.

Le préparateur mental vous observe pour identifier ce qui vous bloque, qu’il s’agisse de problèmes :

Emotionnels et corporels : cela peut venir du stress qui vous « crispe », de peurs qui vous font vous pencher en avant, de la colère qui vous contracte, de la frustration qui vous fait baisser votre taux d’énergie…

 Ou cognitifs : concentration, mauvaise compréhension des consignes, pensées parasites du type : « je ne vais pas y arriver », « je suis nul », « il est trop exigeant », etc…

En tant que préparatrice mentale, quels sont les outils que j’utilise ?

Après vous avoir dit des généralités sur la préparation mentale du cavalier, je vais vous parler plus spécifiquement des outils que j’utilise personnellement lors de mes séances :

  • Des outils thérapeutiques selon les besoins du cavalier pour mieux comprendre le pourquoi de ses blocages.
  • Des outils de coaching et de Programmation Neuro Linguistique pour chercher comment dépasser les blocages identifiés et aider le cavalier à passer à l’action.
  • La sophrologie et l’hypnose qui comprennent :
  • Un travail sur la respiration
  • De la relaxation
  • De la visualisation
  • Des techniques pour faciliter le changement au niveau conscient et inconscient

Mon fonctionnement :

Je vous accompagne en groupe ou en individuel.

Etant diplômée (BEES1), je peux vous encadrer à cheval sans la présence de votre coach tout comme un travail collaboratif peut être envisagé.

Vous pouvez bénéficier d’un suivi régulier ou de stages selon vos besoins.

Je me déplace dans votre structure et/ou vous reçois en salle sur Louhans ou Montret.

Le tarif est calculé en fonction de votre demande selon l’éloignement géographique, le nombre de séances et leur fréquence.

Le tarif de base est de 40 euros en cours particulier, et de 25 euros en collectif.

Vous souhaitez bénéficier d’une approche qui prend en compte tous les aspects de votre personne ainsi que la spécificité du binôme que vous formez avec votre cheval ?

Vous souhaitez dépasser un cap difficile et atteindre le niveau supérieur en déverrouillant les freins

qui vous en empêchent aujourd’hui ?

Alors contactez-moi au 06.64.66.03.37 ou sur accorsophro@gmail.com

a

La sophrologie : Une présence médiatique croissante mais pas toujours pertinente. 

Si les médias, aujourd’hui, mettent la sophrologie sur le devant de la scène,

l’image qu’ils véhiculent la font passer pour de la relaxation améliorée.

Pourtant, si la sophrologie permet d’accéder à une détente profonde,

elle propose beaucoup plus que ça !

La sophrologie : un moyen efficace d’accéder au changement !

La sophrologie, si elle s’inspire de techniques orientales de méditation et de yoga,

est avant tout issue de l’hypnose.

Elle a pour effet d’impacter notre champ de conscience, de modifier

notre perception, et surtout, surtout, de changer notre état d’esprit.

Ce n’est pas le monde qui change avec la sophrologie, c’est notre façon d’évoluer

dans ce monde.

En se reconnectant à nos capacités, à notre potentiel, alors nous ne changeons

pas qui nous sommes mais devenons une meilleure version de nous-même.

Quelques exemples ?

L’exemple de Mr D, cet entrepreneur qui voulait gérer son stress pour développer sa créativité dans ses projets professionnels afin de se distinguer de la concurrence.

L’exemple de Mlle L qui a pu développer sa confiance et son affirmation de soi vis-à-vis de son cheval.

L’exemple de Mr S qui, suite à 3 dépressions, a pu enfin comprendre la cause de son mal-être et oser entreprendre une reconversion professionnelle.

Celui de Mme T qui a compris l’origine de ses crises d’angoisses et s’en est débarrassée en quelques séances alors qu’elles lui pourrissaient la vie depuis plus d’un an.

Celui de Mme V qui arrive à mieux gérer la douleur de son arthrose pour s’occuper de son jardin et retrouver du plaisir à prendre soin de ses rosiers.

Ou encore l’exemple de cette petite fille qui avait des peurs nocturnes et ne voulait plus dormir qu’avec ses parents et qui en quelques séances est retournée dans son propre lit.

L’exemple de cet étudiant qui avait des problèmes de concentration et

qui a pu améliorer ses notes et trouver de l’aisance à l’oral.

Les exemples sont nombreux et concernent tous les âges et toutes

les catégories de personnes.

Alors n’hésitez plus !Que peut-on attendre de la sophrologie ?

En pratiquant la sophrologie, nous développons nos capacités physiques,

mentales, et émotionnelles.

Nous pouvons « créer le changement que nous voulons voir en ce monde »

comme nous le propose Gandhi.

En développant notre potentiel, nous sommes connectés au présent tout

en préparant le monde de demain.

Si vous aussi, vous repoussez depuis longtemps, l’idée de vous faire aider

pour déverrouiller des blocages qui vous empêchent d’évoluer, ou d’aller

vers la réalisation de soi,

Alors, demandez-vous ce qu’il se passera si rien ne change, si vous ne faîtes

pas bouger les choses ?

Continuerez-vous d’attendre que le monde change autour de vous et que les

choses s’améliorent sans votre participation ?

Ou souhaitez-vous reprendre les rênes de votre propre vie ?

Si c’est le cas, n’hésitez pas à prendre rendez-vous pour découvrir une pratique

qui fait ses preuves !

https://www.samantha-mercier.com/contact-et-tarifs

Le cheval thérapeutique

Il suffit de parler avec des passionnés pour se rendre compte de la vertu thérapeutique du cheval.

Pour l'enfant, il est bien souvent le gardien des secrets.

Les enfants qui fréquentent les chevaux vont souvent se consoler auprès de leur animal favori.

C’est souvent à lui qu’ils confient leurs joies, leurs peines en l’enserrant comme on le fait avec un ami fidèle.

Mais ce n’est pas différent chez l’adulte.

Combien de personnes ai-je croisées qui disent trouver auprès de leur cheval, la force ou l’énergie nécessaire à sortir d’une impasse ou d’une situation compliquée ?

Combien me disent également ne « tenir le coup » à l’occasion d’une dure épreuve que grâce à leur cheval qui symbolise la sécurité, le soutien, le rocher dans la tempête ?

 

 

 

 

Le cheval sait stimuler nos sens et sa présence apporte réconfort et chaleur. cheval thérapeutique

Il offre à nos yeux la splendeur de sa robe, sa grâce et son allure,

Son odeur peut-être l’effluve des souvenirs d’écuries ou de compétition,

ou encore la fragrance d’évasions en pleine nature.

Pour nos oreilles, c’est le son de leur souffle chaud dans notre cou, la

mélodie de leur hennissement lorsqu’il y a de l’agitation, ou encore le

son indéfinissable qu’ils produisent lorsqu’ils nous reconnaissent et

attendent de nous quelque chose comme une sortie au pré ou une

friandise.

C’est aussi le rythme du bruit de leurs sabots sur le sol.

Quant à notre sens du toucher, il est comblé !

Qu’il s’agisse de la douceur du duvet autour de leur naseau sous nos doigts, du contact de nos mains dans leurs crins, ou des sensations perçues à cheval :  la légèreté, la puissance, la vitesse, la cadence etc…

Mais nul besoin de pratiquer l’équitation pour aimer le cheval et l’apprécier à sa juste valeur. S’en occuper, le nourrir, le tenir en longe, tout cela permet déjà d’établir un contact, une communication non verbale qui nous permet de développer notre intelligence émotionnelle.

 

Le cheval nous remet face à l’essentiel en nous ramenant à l’instant présent, à notre propre présence à soi-même et face à lui…

Aussi pour tout ça et tant d’autres choses, il est un allié inestimable, un ami de tous les instants, un véritable compagnon de route.

Depuis des temps immémoriaux, il a contribué à l’écriture de notre histoire. Il nous a permis de voyager sur son dos ou en cariole, de labourer la terre, de faire la guerre, de sortir le charbon des mines, de remonter les péniches sur les chemins de halage, de faire du débardage dans les bois, de parier de l’argent en courses, de nous divertir et nous émerveiller par le spectacle, de performer dans les sports équestres...

Bref, cette liste n’est pas exhaustive, mais force est de constater qu’il a contribué et contribue encore à l’évolution de l’humanité.

Sans compter la source d'inspiration qu'il est pour les artistes, qu'il s'agisse des peintres, des sculpteurs, des écrivains, etc...

Sa présence sur différents supports témoignent du lien qui nous unit à lui.

Son destin est lié au nôtre, et c’est sans doute aussi, ce qui fait qu’il incarne différents concepts qu’il symbolise dans l’inconscient collectif et dans l’inconscient individuel.

Le cheval représente quelque chose de précis pour chacun d’entre nous et cela conditionne le lien que nous avons avec lui.

 

 

Demandez-vous ce qu’il représente pour vous et le rôle qu’il joue dans votre vie.

Et si vous lisez ces mots, c’est sans doute qu’il y tient une place prépondérante…

La thérapie par le cheval

 

A qui s’adresse la thérapie par le cheval ?

La thérapie par le cheval s’adresse à toute personne désireuse d’installer des changements positifs dans sa vie tout en découvrant une expérience unique et impactante.

Vous souhaitez :

  • Développer votre confiance en soi ?
  • Apprendre à mieux vous affirmer ?
  • Dépasser vos peurs ?
  • Gérer votre colère ?
  • Développer votre acuité sensorielle ?
  • Améliorer votre communication ?
  • Avoir plus d’impact ?
  • Développer votre attention et votre concentration ?
  • Revenir à l’instant présent ? (…) 

Le cheval est un bon guide pour tout ça !

 

La thérapie par le cheval, comment ça marche ?

Le cheval est très sensible à notre langage corporel.

Il réagit donc de façon remarquable à nos faits et gestes, à nos humeurs et à nos émotions.

Lorsque nous disons qu’il se fait « miroir » de nos émotions, ça veut dire qu’il réagit en fonction d’elles et que sa réaction nous renseigne sur ce qui se dégage de notre attitude.

En effet, nos émotions se traduisent par un niveau d’énergie et une façon de la canaliser.

Par exemple, la joie donne de l’énergie, mais nous n’émettons pas le même signal lorsque nous sommes joyeux que lorsque nous sommes en colère (pourtant la colère donne elle aussi une certaine énergie).

Aussi, au contact du cheval et grâce à ses réactions, nous pouvons apprendre concrètement comment stimuler notre propre énergie, ou la faire redescendre.

Le but étant, bien sûr de transposer ce savoir faire dans nos réactions interhumaines.

 

 

 

 

Thérapiecheval

Comment se déroulent les séances ?

Certaines séances se font uniquement en salle, d’autre uniquement autour du cheval et d’autres comprendront une phase en salle et une phase avec le cheval.

Dans cette thérapie, il y a donc plusieurs séquences temporelles qui s’alternent.

  • Le premier temps consiste en une discussion avec le thérapeute pour lui exposer les besoins et les objectifs visés.

Puis, les séances comprendront

  • Un temps pour la prise contact : l’humain et le cheval font connaissance et se découvrent au travers de leurs 4 sens (4 sens car le 5 ème étant le goût, le but n’est pas de gouter son partenaire humain ou son partenaire équin^^)

Un temps d’action : Qu’il s’agisse de le brosser ou de lui faire faire des exercices en main (et/ou à cheval si le client est cavalier) Le cheval et l’humain cherchent à se comprendre et à coopérer.

Le client a, à tout moment le loisir de modifier son attitude pour voir l’effet produit chez le cheval et comprendre quand il est trop agressif, ou qu’il ne s’affirme pas assez par exemple.

(Pendant ces deux premiers temps c’est le thérapeute qui observe la scène après avoir expliqué l’action à réaliser)

  • Un temps de feed-back : le client exprime ses ressentis, observe à postériori ce qu’il s’est passé et là le thérapeute utilise ce feed back pour apporter des informations, mais également pour faire le lien entre les réactions du client avec le cheval et son attitude générale (ou dans des circonstances précises) dans la vie.

Alors, le client apprend à mieux se connaitre et à agir pour modifier son état d’esprit et son attitude pour l’adapter aux circonstances qui sont les siennes.

L’idée est de créer une complicité entre l’homme et l’animal afin que l’homme puisse apprendre à trouver le juste milieu entre s’affirmer et s’imposer, entre la fermeté et la souplesse, entre la ténacité et l’entêtement, etc…

Bien sûr ce travail n’a pas pour but de « formater » les consultants, mais justement de leur donner la capacité d’ajuster le curseur selon les circonstances.

En effet, nous sommes tous différents et parfois, il peut s’avérer utile de renforcer sa fermeté et son autorité, parfois au contraire, il est bon d’être plus souple et flexible.

 

Conclusion :

Le travail en thérapie avec le cheval permet donc au client de :

  • Repérer si sa dynamique intérieure est adaptée à la situation
  • De réajuster cette dynamique si elle n’est pas adaptée
  • D’identifier si la situation nécessiter plus de fermeté ou de souplesse, etc…
  • De comprendre qu’à tout moment il a la possibilité de renforcer telle ou telle attitude qu’il avait du mal à gérer par le passé
  • Créer un lien affectif avec le cheval
  • Mieux se comprendre et se connaître
  • Identifier les changements à opérer et les réaliser
  • Bénéficier du recul et de l’expertise d’un thérapeute
  • Développer sa confiance en soi, son estime de soi et son affirmation de soi.

 

 

 

Acc’Or : une approche holistique en thérapie brève ou en coaching.

Pourquoi consulter ?

Bien souvent, les personnes qui viennent en consultation, le font parce qu’elles rencontrent un problème :

Stress, angoisse, mauvais sommeil, difficultés professionnelles, relationnelles, existentielles, maux en tout genre, besoin de faire face à une situation délicate (accident, maladie, handicap, divorce, licenciement, etc…)

Elles se trouvent dans une situation d’impasse et ont besoin :

  • D’exprimer leurs difficultés et de mettre des mots dessus,
  • De se sentir écouter et prises en considération sans jugement et en toute bienveillance,
  • De prendre du recul pour une meilleure analyse et un changement de perspective de leur situation,
  • D’identifier ce qui les freine, et parfois de comprendre l’origine du problème,
  • D’identifier les ressources dont elles disposent et/ou les ressources à acquérir pour faire face à la situation difficile,
  • De trouver des moyens de se sentir plus fort face à elle,
  • D’opérer des changements efficaces et durables pour ne plus reproduire la même situation encore une fois…

Du coup, comment choisir entre Coaching et Thérapie ?

Le coaching :

La différence majeure, c'est que le coaching ne répond pas à une souffrance émotionnelle.

S'il tient compte des émotions limitantes qui empêche la personne de passer à l'action, il ne s'attarde pas sur le passé.

Le coaching est tourné vers l'action et répond à la question "comment ?" Et non à la question "pourquoi ?"

Suite à la définition d'un objectif, coach et coaché travaillent main dans la main à l'établissement d'un plan d'action.

Le coach n'apporte ni conseil, ni solution directe, il amène le coaché à capitaliser sur ses ressources afin d'être assez vite autonome.

Grâce à une stratégie progressive et efficace, le coaché se « teste » sur des actions faciles, puis avance petit à petit vers la réalisation de son objectif.

La thérapie :

La thérapie, quant à elle, vise à permettre, dans un premier temps :

- Le dépôt d'émotions trop lourdes

- La compréhension du "Pourquoi ?" de la situation difficile

- Le soulagement des maux par les mots

Elle répond parfois à la question « pourquoi » ? Avant de répondre à la question « comment » ?

Ensuite, une fois que la personne est plus disponible et réceptive, alors, elle va pouvoir passer aux phases suivantes :

- La recherche de solutions

- La mise en place de changements

 

 

Points communs :

Dans les deux cas, la personne identifie et utilise ses propres ressources.

Elle développe de façon progressive sa confiance en soi, améliore son image (à ses propres yeux et par extension aux yeux du monde extérieur) et du coup, développe également son estime de soi.

Elle apprend à mieux gérer ses émotions et à être moins sensible au stress.

Dans les deux cas, il ne s’agit pas d’une approche médicale visant à soigner des pathologies mentales ou physiques, mais bien d’un accompagnement professionnel visant à atteindre un objectif global ou précis selon les cas.

Les moyens que je mets à votre disposition :

Selon la sensibilité et le désir de la personne j’utilise :

La relaxation :

La relaxation est un moyen d’accéder à un état de détente profonde à la fois physique et mentale.

L’hypnose :

Il s’agit d’un procédé par lequel le sujet atteint un état de conscience modifié et dans lequel il est possible d’installer des changements au niveau inconscient.

La sophrologie :

Il s’agit d’un procédé par lequel le sujet atteint un état de conscience modifié dans lequel elle peut participer activement à l’installation des changements au niveau inconscient.

Le massage :

Il s’agit d’atteindre un état de détente profonde par le toucher.

Le cheval :

Il est un allié intéressant grâce à l’effet miroir et peut être un plus dans la dimension émotionnelle qu’il peut ajouter à la thérapie ou au coaching.

La préparation mentale :

A l’instar du coaching, elle permet de se préparer à un évènement particulier (examen, permis de conduire, épreuve sportive, etc...)

Si vous souhaitez plus de détails sur ces outils, je vous invite à visionner cet article en vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=wn6-CET0HIE&t=570s

 

Les consultations :

Elles se déroulent en cabinet, sur Montret ou Louhans,

Elles se déroulent, dans certains cas, à distance par Skype,

Pour ce qui est des consultations liées au cheval, elles se déroulent en structure équestre.

Pour prendre rendez-vous, n’hésitez pas à me contacter par téléphone :

06.64.66.03.37 ou par mail : Accorsophro@gmail.com.

Site internet : http://www.samantha-mercier.com/

 Je reste à votre disposition pour tout renseignement !

Samantha Mercier

La sophrologie, un moyen efficace pour faire face aux crises d’angoisse !

 

 

 

 

Sophrologue et thérapeute à Louhans Acc'Or

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Qu'est-ce qu'une crise d'angoisse

 

Il s’agit d’une manifestation physique incontrôlable d’une émotion de peur et d’anxiété.

Elle peut parfois atteindre une violence extrême qui fait penser au sujet qu’il peut en mourir.

Car, celui qui la vit n’a pas toujours conscience de ce qu’il se passe.

En effet, la crise d’angoisse peut se manifester sous la forme d’un ou plusieurs des symptômes décrits ci-dessous, et le sujet peut penser qu’il est en train de faire un malaise cardiaque ou autre joyeuseté du genre.

Les manifestations sont d’ordre corporel :

  • Tachycardie
  • Difficultés à respirer/oppression thoracique
  • Frissons ou bouffées de chaleur
  • Nœuds à l’estomac, boule à la gorge/nausées
  • Maux de tête

Mais également d’ordre mental :

  • Impression de perdre la raison
  • Incompréhension de la situation
  • Assimilation à une maladie grave

Tout comme d’ordre émotionnel :

  • Panique
  • Peur de mourir
  • Sentiment d’impuissance (frustration)
  • Colère parfois

 

Ces symptômes peuvent être la conséquence d’une peur ou angoisse liée à une situation identifiée. Mais parfois il s’agit d’une réaction du corps face à une situation rappelant les paramètres d’une expérience de nature désagréable ou traumatisante.

Lorsque la situation provoquant la crise n’est pas identifiée, la personne panique de ses réactions corporelles, ce qui ajoute à son angoisse originelle. On peut alors observer qu’elle angoisse à l’idée de déclencher une crise sans raison.

C’est donc souvent le médecin qui explique à son patient qu’il est en proie à ce phénomène, alors que le patient, lui, pense avoir une maladie. De toutes façons, un diagnostic médical s’impose avant toute prise en charge en sophrologie d’une personne présentant ces symptômes qui pourraient tout à fait être réellement liés à autre chose.

La sophrologie une approche tridimensionnelle pour venir à bout des crises d’angoisses !

Dans un premier temps, le sophrologue propose des techniques respiratoires qui ont pour effet de calmer l’oppression thoracique, les difficultés respiratoires et de ralentir le rythme cardiaque. (Il fait attention à ne jamais faire « forcer » la respiration de son client, ce qui provoquerait une hyperventilation).

En effet, en sophrologie, tout commence par le corps et comme les symptômes les plus violents se situent à ce niveau-là, apaiser, physiquement le sujet, permet de le rendre disponible et réceptif pour la suite.

Grâce à d’autres techniques de sophrologie, le client peut réduire l’impact des autres symptômes physique (maux de tête, boule ventre, gorge nouée etc…)

Une fois son client réceptif, le sophrologue le questionne et cherche avec lui la source de cette angoisse (si elle n’est pas identifiée), mais aussi les circonstances, l’intensité des crises, leur fréquence etc... Le questionnement peut se faire en état de conscience ordinaire, mais parfois, le praticien invite son client à accéder à un état de conscience modifié, afin que ce dernier soit en plus grande connexion avec son for intérieur pour trouver les réponses. Il est question d’une introspection permettant de découvrir l’origine de l’angoisse mais aussi son sens.

Car la crise a un sens, même s’il échappe à la compréhension du sujet au départ, son corps exprime quelque chose qu’il lui faut comprendre pour enrayer le phénomène.

Ensuite, grâce à un questionnement ciblé et précis, le sophrologue écoute d’une oreille attentive les réponses de son client et amène celui-ci à comprendre son propre fonctionnement

Cela a pour effet de diminuer l’anxiété et d’atténuer en partie les émotions

Apaisé mentalement et physiquement, le client est rassuré et a réduit l’intensité de sa peur et de son anxiété (et de sa frustration et de sa colère, s’il y en avait).

Il retrouve petit à petit une certaine maîtrise de soi et le praticien peut alors l’aider à accéder à une émotion positive qui « contrebalance » sa peur ou son anxiété. Selon les cas, ce peut-être, par exemple la confiance, la joie, la sérénité etc… C’est le client qui définit lui-même ce dont il a le plus besoin.

Le client reprend le pouvoir sur lui-même, et alors, il peut se préparer mentalement à effectuer ce que la crise d’angoisse l’empêchait de réaliser.

Le sophrologue l’accompagne également dans cette démarche, jusqu’à l’autonomie totale de son client.

 

 

 

Sophrologue et thérapeute à Louhans Acc'Or

Sophrologue et thérapeute à Louhans Acc'Or

CONCLUSION

Vous l’aurez compris, la sophrologie propose des outils efficaces pour faire face aux crises d’angoisses. 

Ce phénomène peut s’avérer paralysant pour la personne qui, petit à petit peut restreindre ses activités, par peur de la crise.

En apprenant à gérer chaque paramètre de la crise, le client reprend les rênes de sa vie en main.

Il retrouve sa liberté d’action et de décision, ainsi que sa joie de vivre.

Il ressort, plus fort, de cette épreuve.

La sophrologie pour le cavalier

Si vous êtes cavalier, vous avez conscience que lorsque vous êtes sur le cheval, il vous faut gérer votre propre corps avant de gérer celui de votre monture.

Il vous faut trouver et maintenir votre équilibre, absorber les secousses, doser l'emploi de vos aides et, cerise sur le gâteau, prendre du plaisir. 

Parfois, une mauvaise  intégration du schéma corporel, des tensions physiques, des raideurs articulaires, vous empêchent d'accéder à la décontraction nécessaire et au liant vous permettant de communiquer clairement vos demandes à votre cheval.

Si vous ne pouvez faire "corps" avec votre animal, il sera difficile d'en obtenir la pleine coopération.

La sophrologie consiste à prendre le temps de mieux connaitre son propre corps et surtout à apprendre à gérer ses tensions et ses relâchements.

Aussi, pourrez-vous avoir une meilleure perception de la tonicité (ou de l'absence de tonicité) de votre dos, de vos zones de tensions qui empêchent votre main de "céder", ou qui vous font serrer les genous et remonter les talons.

Grâce à des mouvements lents, à la respiration, à l'observation des ressentis internes et externes, la sophrologie permet de travailler sur:

L'interoception: conscience de sa respiration, de ses battements cardiaques et de toutes les sensations internes qui ont un effet direct sur les réactions corporelles.

La proprioception: conscience de son positionnement dans l'espace (verticalité, équilibre latéral etc...) afin de vous assurer que votre position est apropriée.

L'extéroception: conscience qui se porte sur les sensations en lien avec le monde extérieur (à travers les 5 sens). 

 

 

 

 

 

Sophrologue et thérapeute à Louhans Acc'Or

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quel rapport avec l'équitation ?

En respirant mal, votre cerveau et votre corps sont mal oxygénés, cela déclenche des points de côté, accélère le rythme cardiaque, augmente la peur ou le stress et crée des contraction neuromusculaires qui altèrent vos mouvements et dont vous pouvez ne pas avoir conscience justement.

Vos demandes sont moins précises et moins efficaces, votre cheval ne vous comprend pas. Il peut alors difficilement répondre conformément à votre requête.

En manquant de discernement quant à votre position (trop en avant, trop en arrière, mains qui tirent, jambes qui serrent etc...), vos demandes sont également mal comprises, et surtout, votre corps n'amortit pas les secousses.

Alors, l'inconfort que vous ressentez est également ressenti par le cheval qui, blasé de ces  à coups aura tendance à s'en défendre ou à se figer dans une mauvaise attitude.

En étant pas à l'écoute de vos sens, vous vous situez mal dans l'espace (visuel), ce qui peut être difficile dans le tracé d'une figure de dressage ou dans la trajectoire d'un obstacle à franchir.

Mais également, vous n'aurez pas conscience du poids dans vos rênes ou de la pression dans vos jambes (tactile). Il se peut également que vous ne prêtiez pas attention aux consignes de votre coach (auditif).

Peu importe votre niveau, ces difficultés se rencontrent. Elles sont plus ou moins visibles c'est tout.

La sophrologie vous permet d'entrer en contact avec vos sensations. Cela vous permet d'être plus autonome dans votre travail à cheval, et surtout d'avoir des repères permettant des réajuster d'éventuelles erreurs.

En retrouvant un meilleur confort, plus de liant, vous reprenez du plaisir, et cela se transmet à votre cheval pour qui, votre équitation devient également plus agréable

La sophrologie pour le mental du cavalier

Le travail sur le mental est également important.

La sophrologie permet d'améliorer sa concentration, mais également de mettre le focus sur le résultat à obtenir. Plus concentré, plus appliqué, vous pouvez canaliser votre énergie au lieu de la dissiper en envisageant le pire, en focalisant sur le résultat ou le regard des autres etc...

Ce travail se fait grâce à des exercices de visualisation suite aux exercices de prise de conscience du corps et de respiration.

Cependant, un travail de lâcher prise permet de se connecter aux sensations corporelles afin de ne pas monter "qu'avec sa tête". 

Si l'équitation est également un sport cérébral, un cerveau saturé ne produit rien de bon. Aussi est-il important de trouver un juste équilibre entre concentration et lâcher-prise afin d'éviter que la concentration n'engendre des contractions musculaires.

Nous voyons bien ici l'interaction évidente entre le corps et l'esprit.

Sophrologue et thérapeute à Louhans Acc'Or
Sophrologue et thérapeute à Louhans Acc'Or

La sophrologie et les émotions du cavalier

La sophrologie est un outil redoutablement puissant qui permet d'alléger une charge émotionnelle trop lourde. A condition, bien sûr que celle-ci soit reconnue et accueillie par celui qui la ressent.

Comment diminuer sa peur si on refuse la possibilité d'avoir peur ?

Comment apaiser sa colère si on nie la ressentir ?

Chaque émotion se manifeste par une sensation corporelle, décelable grâce à l'interoception.

La sophrologie donne les moyens de décharger le trop plein émotionnel qui altère la performance.

Cela dit, elle permet aussi de stimuler d'autres émotions nécessaires à cette même performance. 

(courage/confiance, etc...)

La vivance sophronique pour le cavalier

La vivance est un néologisme défini par le créateur de la sophrologie, un neuropsychiatre colombien du nom d'Alfonso Caycedo, comme étant le fait de vivre intensément et en toute conscience nos sensations corporelles.

En préparation mentale, l'idée est de se projeter dans une action à venir en la vivant mentalement le plus positivement possible en se concentrant sur les sensations associées et les ressentis émotionnels stimulants et gratifiants afin d'intégrer dans le corps tout ce qui sera nécessaire à la reproduction réelle de cette scène imaginaire.

Cette scène sera bien sûre la meilleure version envisageable par la personne de la compétition ou de la situation qu'elle prépare.

Sa seule limite étant sa propre imagination.

Pour réaliser une prouesse technique par exemple, l'idée est de ressentir physiquement les muscles à contracter, ceux à relâcher, l'attitude générale corporelle à avoir, et l'appréciation de ce déroulement optimale.

Le corps participant activement à cette visualisation aura l'élan nécessaire pour retrouver ces sensations et faire correspondre la réalité à ce qui a été vécu en séance.

Beaucoup de sportifs utilisent ces techniques soit pour de la rééducation, afin d'éviter de solliciter des blessures tout en facilitant la récupération de ses capacités, soit pour l'amélioration de la performance en compétition (en particulier au niveau de la natation par exemple), car à compétences sportives et techniques égales, c'est le mental qui fait le différence.

Parmi les cavaliers connus utilisant la préparation mentale, je peux citer Michel Robert, Kevin Staut et Charlotte Dujardin, malheureusement, notre sport est encore à la traine pour démarginaliser cette pratique.

La vivance sophronique pour le cavalier

Conclusion :

La sophrologie est l'outil idéal pour perfectionner son équitation, qu'il s'agisse de loisir, de compétition, de bas niveau, de haut niveau, de relation avec le cheval ou de problèmes techniques.

Elle dynamise vos capacités, vous permet d'être en cohésion avec vous-même pour entrer en osmose avec votre cheval qui bénéficie de ses bienfaits à travers vous.

Un cavalier en place, centré, fluide, tonique tout en étant décontracté communique mieux avec son cheval qui accepte mieux de coopérer.

En réglant vos conflits internes, vous réglez ceux que vous vivez avec votre cheval  qui ne sont finalement que le reflet de vos dysfonctionnements.

Si vous souhaitez faire de la sophrologie le puissant allié de vos progrès équestres, si vous souhaitez vivre cette expérience unique et inoubliable, n'hésitez pas à ma contacter au 06.64.66.03.37 au par mail sur accorsophro@gmail.com.

Vous pourrez alors expérimenter ce voyage intérieur pour partir à la rencontre de vous-même et de votre potentiel équestre et vous réjouir de vos progrès.

Si toutefois, vous souhaitez vous former à l'intégration de la sophrologie et d'autres approches thérapeutiques en équitation, consultez notre site :

http://caval-connect.fr/formations-stages-actualites/formations/

Samantha

Thérapie-en-ligne ou e-thérapie

La thérapie en ligne, une activité qui fait ses preuves ! 

Controversée par certains, adoptée par d’autres, la thérapie-en-ligne est une activité consultations en ligne                                                                                                                                                                        en plein développement.

En effet, nombreuses sont les personnes qui manquent de temps pour additionner à la durée de la séance, la durée du trajet.

Nombreuses sont celles également, qui ne souhaitent pas additionner des frais de déplacement et de parking au prix de la séance.

Sans compter le parfait anonymat qui découle du fait de consulter depuis chez soi.

Bien sûr, tout thérapeute est tenu au secret professionnel. Mais parfois, en se déplaçant chez son praticien, il est possible de tomber sur ses voisins ou collègues.

Non qu’il soit honteux de se faire aider, mais lorsque la personne ne va pas bien, elle n’a pas forcément très envie d’expliquer ou de justifier sa démarche.

Dans certains corps de métier ou dans certains milieux, le fait de suivre une thérapie est encore quelque chose de tabou ou de mal vu.

Alors se connecter dans l’intimité de son propre foyer, permettant d’éviter                    les jugements au début de la prise en charge peut s’avérer sécurisant.

Même si, au bout du compte, à la fin du suivi, la peur du jugement a de grandes      chances d’être résolue.

La thérapie-en-ligne, c’est aussi intéressant lorsque le praticien que vous souhaitez                                                                                                                                                              consulter se situe loin géographiquement de votre lieu d’habitation.

Elle est idéale pour les expatriés qui n’ont pas toujours de thérapeute à portée                                                                                                                                                                              de main

                                                                                                                                                                          Un format idéal pour les thérapies brèves.

 

La thérapie brève est une thérapie plutôt courte qui excède rarement une vingtaine de séances.

Elle a pour spécificité d’amener le sujet à déterminer un objectif afin de définir un cadre de prise en charge.

Le cadre est très important pour la thérapie-en-ligne qui n’est pas forcément recommandée dans tous les cas de figure.

Il permet de sécuriser à la fois le client et le praticien.

Le but de la thérapie brève est d’amener la personne à canaliser son énergie vers ce qu’elle souhaite.

Pour cela, la détermination d’objectif est importante car elle permet un changement de focus.

Le client focalise donc sur son but au lieu de focaliser sur ce qu’il ne souhaite pas. Alors il entre dans une dynamique de mouvement vers l’avant, au lieu de tourner en rond ou de s’éparpiller.

Ce cadre est aussi un gage de sécurité pour le client car son thérapeute aussi l’aide à avancer au lieu de tourner en rond.

Des indicateurs de progression sont également définis afin de vérifier que le sujet avance dans la bonne direction.C’est grâce à tous ces éléments qu’il entretient sa                                                                                                                                                                              motivation, et l’objectif donne un but à la thérapie.

                                                                                                                                                                        En effet, si « aller mieux » est le but de toute thérapie, comment le client saura-t-il                                                                                                                                                                            qu’il va mieux ?

                                                                                                                                                                        Que souhaite-t-il faire à partir de ce mieux-être ? Quel sens souhaite-t-il donner à                                                                                                                                                                             sa vie et quels bénéfices souhaite-t-il tirer de sa thérapie ?

Et concrètement, comment ça se passe?

La première séance est essentielle et peut se dérouler en cabinet ou déjà à distance.e-therapy

Elle permet de vérifier que la thérapie-en-ligne est adaptée aux besoins du client.

Elle permet également au praticien de s’assurer qu’il a les compétences requises pour assurer le suivi du client et au client qu’il se sent suffisamment en confiance pour poursuivre sa thérapie avec ce praticien.

C’est à cette occasion que le cadre est posé (durée approximative de la thérapie, coût et fréquence des séances, ponctualité et respect mutuel, secret professionnel etc…)

Grâce aux moyens de communication modernes, l’échange se fait par webcam, souvent grâce à l’interface skype.

Il y a donc un face à face visuel et une interaction instantanée tout comme en cabinet.

Bien évidemment il est indispensable que le client se connecte depuis un endroit calme dans lequel il ne sera pas dérangé et dans lequel personne n’entendra sa conversation.

Le client s’exprime, et le thérapeute lui fournit une écoute empathique, et le questionne.

Ce questionnement permet des prises de conscience et une analyse objective des situations.

Ces dialogues peuvent s’étaler sur plusieurs séances afin que le client puisse

se libérer grâce à la parole et mieux comprendre et définir ce qu’il vit, mais

surtout ce qu’il veut.

A partir de là, le thérapeute lui propose des outils et des moyens d’avancer.

Il l’aide à envisager concrètement les changements qui permettront au client

d’atteindre son objectif.

La thérapie s’achève lorsque le client a justement atteint cet objectif et qu’il

se sent prêt à être autonome avec ce qui l’a conduit à consulter.

Cela s’évalue grâce aux critères qui ont été définis avec le thérapeute

(les fameux indicateurs de progression).

Vous souhaitez bénéficier d’une thérapie-en-ligne ?

Il vous appartient de choisir votre praticien en fonction de ce qui est important pour vous : philosophie, approche, attitude, etc…

Le site internet ou les flyers, tous les supports de communication, ou encore, le bouche à oreille vous permettront de vous faire une idée, mais seul le premier contact vous permettra d’être sûr de votre choix.

Si c’est avec moi que vous envisagez ce travail, alors contactez moi au 06.64.66.03.37. ou par mail sur accorsophro@gmail.com.

Si chaque praticien a ses propres outils, les miens sont :

  • La relaxation
  • La sophrologie
  •  L’hypnose

e-thérapieLes outils sont toujours proposés, jamais imposés. Ils ne sont nécessaires qu’à certains moments-clef de la prise en charge.

Dès la première séance, je propose un travail collaboratif qui vous permet d’exprimer si ce que je vous propose vous convient.

Mon but est que vous soyez acteur de votre thérapie et non pas un « patient passif » en attente d’une formule magique qui changera votre vie. D’où le terme choisi de « client » au travers de ces lignes.

Les consultations que je propose sont centrées sur vous, vos besoins et vos demandes. Elles ont pour objet de vous aider à diminuer vos souffrances, et d’optimiser vos ressources.

Elles ont pour effet de vous aider à retrouver confiance en soi et estime de soi si vous en avez besoin en plus d’atteindre l’objectif fixé.

Mon tarif est de 50 euros par séance. La séance dure une heure, sauf la première qui peut aller jusqu’à deux heures.

Je me réserve le droit de refuser une e-thérapie si je considère que la situation ne s’y prête pas et qu’elle risque d’être improductive ou de réorienter une demande qui sortirait mon champ de compétences.

Tout comme vous êtes libre de poursuivre le suivi ou de ne pas donner suite à                                                                                                                                                                            l’issu de la première séance.

                                                                                                                                                                      C’est donc dans un climat de confiance mutuelle que le travail peut commencer…

Atelieres de gestion du stress 2018-Louhans

Ateliers_de_gestion du stress 2018

Faut-il vraiment sortir de sa zone de confort ?

Qu'appelle-t-on "zone de confort" ?

Ce qui est communément appelé "zone de confort" est un ensemble de repères et d'habitudes. 

Il s'agit d'un contexte ou un ensemble de contextes dans lequel nous pouvons agir aisément puisque nous reproduisons des pensées, des actions, et rejouons des émotions de façon quasi-automatique.

Mais ne nous leurrons pas, si cette "zone de confort" était si confortable que ça, nous ne ressentirions même pas le besoin de la quitter...

Pourquoi se poser la question de "sortir de cette zone de confort" ?

Tout simplement parce qu'en tant qu'être humain, nous sommes régis par deux forces qui semblent s'opposer:

- Une force d'inertie qui nous invite à la recherche de sécurité. C'est pourquoi nous bâtissons des bâtiments tout comme nous bâtissons des croyances (vécues comme des certitudes) qui nous permettent d'obtenir une certaine stabilité. Elle est à l'origine de notre sédentarité.

- Une force de vie qui nous pousse au développement, voire à la réalisation de soi. C'est cette force qui nous ramène à notre envie de mouvements et de changements.

Avons-nous déjà quitté notre "zone de confort" ?

Dès notre naissance, nous avons quitté la matrice maternelle. Pendant 9 mois, (et parfois moins), nous avons grandi, évolué. Nous sommes passés du stade de cellule à une multitudes de cellules, chacune d'entre elle ayant un rôle à jouer dans notre développement physique et psychique.

Une fois suffisamment "forts", nous avons pu venir au monde et continuer à évoluer. Puis nous avons quitté le foyer parental protecteur (ou pas, n'oublions pas que la "zone de confort" n'est pas toujours si confortable) pour aller à l'école, puis quitté l'école pour aller au collège etc...

A chaque fois que nous avons créé une zone de confort, nous y avons appris des choses, qui sont devenues utiles pour prendre notre vie en main.

Puis, nous sommes passés à de nouvelles expériences, forts de nos apprentissages.

Comment concevoir la "zone de confort" ?

Tout simplement comme un espace de croissance, de développement qui nous permet d'affuter nos ressources pour passer à un nouveau type d'expériences.

La zone de confort gagnerait à redevenir dans nos esprit ce qu'elle est vraiment: Le développement de capacités permettant de nourrir notre sentiment de sécurité intérieur pour avancer dans la vie.

Il serait, en effet, question de réunir les deux forces que nous avons tendance à opposer.

Trouver la sécurité suffisante en soi pour s'adapter à tout type de changements. Ceux que nous souhaitons réaliser tout comme ceux que la vie nous impose.

Une zone de confort "portable" ?

C'est l'idée ! Si vous êtes votre propre zone de confort et bien, plus besoin de la quitter. A l'instar de l'escargot, vous portez votre maison sur votre dos. Entendons ici par maison, l'ensemble de vos repères, la faculté de trouver les moyens de satisfaire vos besoins, la confiance nécessaire en votre adaptabilité et en votre réactivité...

Il n'est plus alors question de se confronter à l'inconnu sans ressources pour y faire face. Mais il est question de développer ce qui est nécessaire pour faire tourner chaque situation en votre faveur.

L'actrice Audrey Hepburn a laissé comme message à ses fils dans une lettre : "n'oublie pas qui si tu cherches une main secourable, tu en trouveras toujours une... Au bout de ton bras !"

Alors, oui, il est question de pouvoir compter sur soi, au lieu d'attendre que la sécurité vienne de l'extérieur.

La bonne nouvelle, c'est que cela s'apprend !

Le coaching, ou la thérapie, sont des moyens pour apprendre à développer cette sécurité intérieure qui permet le mouvement.

Le coaching, c'est quand il s'agit juste de desserer le frein à main, de tourner la clef et de passer les vitesses.

La thérapie, c'est quand il faut également faire la révision, changer les filtres, remettre du carburant et regonfler les pneus avant de desserer le frein à main, de tourner la clef et de passer les vitesses...

La sophrologie propose également des moyens de prendre conscience de son potentiel et de l'exploiter.

Toutes ces approches ont pour effet de renforcer la confiance en soi et l'estime de soi, pour mieux s'affirmer dans la vie et aller au bout de ses rêves.

Besoin d'un coup de pouce ? En cabinet ou en ligne ? 

C'est par ici : contact

Coaching en ligne

Qu’est-ce que le coaching en ligne ?

Le coaching en ligne est un suivi interactif pouvant s’effectuer facilement grâce aux moyens technologiques actuels.

L’interface SKYPE est un outil permettant d’être en contact visuel et auditif avec son interlocuteur.

Outil également téléchargeable sur un smartphone ou une tablette donc qui ne nécessite pas forcément de rester bloqué devant un ordinateur.

Le coaching en ligne, c’est avant tout, du coaching :

Il s’agit d’un accompagnement professionnel personnalisé permettant à celui qui en fait la demande d’atteindre un objectif concret.

Le coach invite son client à définir un objectif à atteindre. Cet objectif sera ensuite décliné en sous étapes.

Pour en savoir plus, cliquez ici !

 

Coaching en ligne, fréquence des séances durée et tarif :

En moyenne, la durée d’un coaching en ligne s’étale sur deux ou trois mois, et la fréquence des séances est d’environ une séance d’une heure par semaine.

Bien sûr, cela dépend de la demande et de la situation du coaché.

Le tarif est de 50 euros par séance.

 

L’intérêt d’un coaching en ligne :

Il limite les pertes de temps et d’argent liées aux déplacements pour chacun des deux partenaires.

Puis, il permet également un travail en toute discrétion, le coaché pouvant se connecter de chez lui.

Bien sûr, il est intéressant en cas d’éloignement géographique, idéal, par exemple pour les expatriés.

Car oui grâce à ce système, les deux partenaires peuvent se connecter des 4 coins du monde.

Enfin, le coaching en ligne est accessible facilement aux personnes à mobilité réduite.

 

Vous souhaitez bénéficiez d’un coaching en ligne ?

Contactez-moi par mail sur accorsophro@gmail.com

ou par téléphone au 06.64.66.03.37

La sophrologie pour améliorer les relations familiales

En quoi le stress détériore les relations familiales ?

Le stress est présent chez l’intégralité des membres de la famille.

Les parents, bien souvent, cumulent leur stress professionnel et la pression de la gestion familiale. Les enfants, quant à eux cumulent le stress de trouver ou de faire leur place dans la famille mais aussi dans le monde extérieur (crèche, garderie, école etc…)

Ajoutons à cela le stress découlant de la vie trépidante que nous menons dans la société actuelle. Vie qui est cadrée par des horaires à tenir, des tâches à effectuer, des normes à respecter, des fonctions à remplir, etc…

Chacun pris dans le piège de son propre stress, a dû faire l’effort, toute la journée de se plier à des obligations.

Chacun rentre en pensant lâcher la pression et se sentir dans le confort de son « home sweet home ».

Pourtant, les contraintes continuent : ménages, repas à préparer, devoirs à faire, douches à prendre…

Une fois rentrés à la maison, la « course » continue et cela provoque des tensions internes qui, forcément s’expriment « sans filtre ».

Aussi, éclats de voix, de larmes, énervements et tensions sont souvent au programme.

La culpabilité pointe pourtant son nez mais chacun se retrouve pris au piège d’un comportement dont il n’arrive pas à se débarrasser.

En quoi la sophrologie permet de gérer ce stress et d’apaiser les tensions familiales ?

La sophrologie dispense des outils permettant de se délivrer du stress en commençant par dénouer les tensions du corps.

Des exercices spécifiques synchronisant des mouvements corporels, des intentions, et un travail respiratoire permettent d’évacuer le trop plein d’énergie générés par une trop grande stimulation du système nerveux. Un travail de visualisation propose également de se projeter dans une réalité plus agréable et de faire en sorte de reproduire les comportements positifs permettant de « donner vie » à cette réalité plus agréable.

Quelques minutes suffisent pour désamorcer des situations de crise ou même, en anticipant un peu, pour éviter la crise.

Se recentrer mentalement sur le corps, permet de remettre à zéro le mental pour se rendre plus disponible à soi, et par extension, à l’autre.

Aussi si le corps et le mental se calment, la charge émotionnelle « négative » diminue.

Le fait de pratiquer ces exercices en famille a pour effet de :

  • Permettre le partage d’un moment agréable,
  • Resserrer les liens entre les membres de la famille,
  • Créer un rituel reproductible individuellement,
  • Proposer un temps d’écoute de soi et de l’autre,

 

  • Se recentrer sur l’essentiel,
  • Couper le lien avec les stress rencontrés dans la journée,
  • Se rendre disponible pour poursuivre la journée dans de bonnes conditions.
  • Libérer le cerveau des informations inutiles pour faciliter la réflexion, la mémorisation et la prise de décision...

 

Quels sont les bénéfices à long terme de ce travail ?

Si le stress est inévitable, il altère notre santé lorsqu’il est mal géré.

Il altère également, nos capacités d’attention, de mémorisation, de concentration et de réflexion.

Aussi, en nous en libérant, nous permettons à notre corps de retrouver ou conserver un bon équilibre physiologique et psychologique.

Nous pouvons revenir à l’essentiel et être plus « présent » dans la relation humaine. Cela passe par une meilleure écoute de soi et une considération plus accrue de l’autre.

Les parents peuvent jouer leur rôle avec plus de sérénité et le processus d’apprentissage des enfants en est facilité.

Le foyer redevient un lieu de lâcher prise et de bonne humeur propice au bon développement de chacun.

Il redevient également un lieu de ressourcement permettant d’affronter les difficultés du monde extérieur avec plus de recul.

Le monde extérieur ne change pas, mais il a un impact moins néfaste sur le monde intérieur.

Il devient plus facile de s’y réaliser en tant qu’individu construit et structuré (cela est valable pour les parents comme pour les enfants).

Vous souhaitez bénéficier de la sophrologie pour apaiser vos relations familiales ?

Retrouvez-moi mercredi 18 Octobre 2017 dans votre centre de bien-être 30 montée Saint-Claude à Louhans.

A l’occasion d’un atelier découverte qui pourra être reconduit, venez expérimenter les outils de la sophrologie pour en récolter les premiers bienfaits.

Contactez-moi au 06.64.66.03.37 ou par mail : accorsophro@gmail.com

Atelier découverte de la sophrologie pour les cavaliers

Venez me rencontrer pour comprendre en quoi la sophrologie est un atout non-négligeable pour les cavaliers.

Au programme:

Accueil et présentation des participants

Présentation de la sophrologie et de son intérêt dans le cadre des sports et loisirs équestres

Pratique de la sophrologie pour expérimenter ses bienfaits

Feed back des participants.

N'hésitez pas à me contacter pour plus d'informations.

découverte de la sophrologie pour les cavaliers

Equitation : De la communication à la communion grâce à la sophrologie

Concept de communication.

La communication suppose qu’il y ait au moins deux interlocuteurs qui échangent régulièrement les rôles d'émetteur et de récepteur.

Chacun est tantôt émetteur d’un message envers l’autre, tantôt récepteur du message de l’autre.

Malheureusement en équitation, bien souvent le cavalier émet, mais ne prend pas le soin de réceptionner la réponse du cheval.

Bien sûr, tout cela se passe sur un plan tactile puisque l’on parle de « langage des aides ».

Les aides sont les moyens dont dispose le cavalier pour communiquer avec son cheval jambes, mains, poids du corps, voix, cravache, éperons..

Or, s’il sait agir avec ses aides, il omet souvent de se mettre en position de réceptivité pour prendre en compte la réponse de l’animal à ses demandes.

Inutile, dans ce cas, de s’étonner que le cheval ne réagisse pas conformément aux attentes de son bipède.

En effet, sans la cession, qui lui permet de comprendre que là, le cavalier a obtenu ce qu’il attendait, il manque de repères.

Les limites de la communication :

La communication, telle que nous l'entendons entre humains trouve sa limite dans la pratique équestre. En effet, nous ne parlerions pas à une moto ou une voiture en lui demandant quelque chose et en attendant qu'elle s'exécute.

Non qu'il faille considérer l'animal comme un objet, mais plutôt se positionner dans une dynamique d'action. Agir avec le cheval, quasi simultanément. Nous n'aurions pas l'idée de tourner le guidon du vélo et d'attendre qu'il tourne, cela se fait "en même temps".

Aussi, notre façon d'appréhender la communication nous "décale" parfois dans le temps et nous mettent dans un mauvais timing pour éduquer correctement le cheval. Le surinvestissement du mental, chez l'homme est, entre autre, à l'origine de ce décalage.

Beaucoup de thérapies nous proposent la prise en compte d’un dialogue intérieur et de conflits d’intérêt au sein même de notre psyché.

Pour exemple : le « ça », le « moi » et le « surmoi » de Freud, le « moi-parent », « moi-enfant » et le « moi-adulte » de l’analyse transactionnelle, le « chacal » et la « girafe » en Communication Non Violente, etc…

Ces « conflits intérieurs » sont parfois projetés et le cheval incarne une des dynamiques de son cavalier.

Alors, le cheval peut être perçu inconsciemment comme une part instinctive à dompter, comme un parent à convaincre, comme un potentiel amant à séduire, etc…

Quelles que soient les pensées anthropomorphiques qui se manifestent (du type « il me nargue », « il cherche à m’énerver », « il le fait exprès », « il veut me virer » etc…), elles ne font qu’opposer les deux partenaires.

Le discours intérieur du cavalier (qui est avant tout une personne dans toute sa complexité avec son lot de difficultés humaines à résoudre) prend vie dans la relation avec son cheval.

Le cheval incarne, dans ces moments-là, le problème à régler, la reconnaissance à obtenir, la compétence à prouver etc…

Cela ne fait qu’entretenir une dualité intérieure et la piste devient l’arène de ce duel.

Tout cela amène colère, peur, frustration, si ce n’est pas dépassé à un moment donné.

Le mythe du centaure, la voie de la réunification.

La représentation symbolique du centaure peut nous faire penser à une osmose entre la partie psychique et la partie animale. On peut conceptualiser cela au sein même de l’être, comme dans le binôme cavalier-cheval.

Si au lieu de chercher à communiquer, tel que nous le ferions entre humains rationnels avec notre « blabla » habituel, nous cherchions la communion ? Si nous transformions le duel en duo ?

J’aime à reprendre une des phrases d’Andy Booth : « fais en sorte que ton objectif devienne son objectif ».

Si, en effet, nous nous connections à l’intention en projetant par la pensée les sensations et émotions que nous aimerions ressentir lorsque le cheval aura exécuté le mouvement tout en ayant une vision très claire de ce mouvement ?

Alors, notre pensée serait canalisée et nos aides serviraient à la fois de moteur, déclencheur de mouvement, mais cèderaient aussitôt pour profiter de ce mouvement. Et surtout elles le laisseraient s’accomplir, quitte, bien sûr à agir de façon furtive pour l’entretenir ou pour gagner en amplitude.

Nous chercherions à « faire ensemble » plutôt qu’à « faire faire ».

Alors cette communication serait plus fluide, plus épurée et surtout plus compréhensible pour le cheval.

Mais bien sûr cela nécessite une évolution commune. Ce n'est inné ni pour le cheval, ni pour l'homme et l'apprentissage est tout un cheminement vers cet accomplissement.

Le rôle du corps :

Se centrer sur l’instant, c’est le principe même de la méditation de pleine conscience. Aussi, en étant totalement connecté à l’intention, le cavalier libère son esprit et par conséquent relâche son corps.

Non qu’il devienne « mou », mais il se débarrasse des tensions superflues qui parasitent l’emploi de ses aides.

Aussi est-il dans un état de réceptivité physique qui facilite la réceptivité émotionnelle et mentale ainsi que sa maitrise corporelle.

Le corps se connecte à la pensée et le cheval devient le prolongement du corps de son cavalier.

Aussi, ce n’est plus le cavalier qui "demande à son cheval de"… Mais cela devient le cavalier qui mobilise son propre corps, corps qui aura en quelque sorte fusionné avec celui de son cheval.

La sophrologie :

La sophrologie permet d’orchestrer tout ce travail.

Le premier point consiste à mettre en lumière les conflits intérieurs qui freinent la performance.

A ce moment-là sont identifiées également les tensions parasites, et les attitudes inappropriées.

Puis il y a un réinvestissement du corps au niveau de la proprioception, et de la conscience du schéma corporel. Travail sur les 5 sens, et la perception des sensations internes, mais également de la traduction corporelle des émotions vécues.

Il s’agit d’un (ré)apprentissage de la façon de « vivre son corps ».

Enfin, un travail sur le délestage des pensées limitantes et des conflits internes pour revenir à l’instant présent.

Une reconnexion au corps qui s’ensuit d’une reconnexion aux objectifs équestres et au cheval lui-même.

La sophrologie est un outil aujourd’hui incontournable dans la préparation mentale du sportif. Elle propose des moyens pratiques qui permettent de dépasser des blocages techniques.

Alors, interrogez-vous sur votre propre vécu. Des heures de cours durant lesquelles votre enseignant vous redit la même chose ne sont peut-être pas suffisantes à certains moments. La sophrologie vous permet de mieux utiliser votre corps et votre esprit et de pouvoir passer du "je comprends les consignes" à "j'arrive à suivre les consignes car j'ai déverouillé les freins qui m'en empêchaient".

Si vous souhaitez en faire l’expérience de façon individuelle ou si vous souhaitez organiser des stages dans votre structure, n’hésitez pas à me contacter.

Contact.

Equitation De la communication à la communion grâce à la sophrologie

Plein phare sur les consultations en ligne !

Consultations en ligne, par quels moyens ?

Si l'ancêtre de cette approche est la thérapie au téléphone, les moyens modernes nous permettent une véritable interaction entre praticien et client.

Que ce soit par skype ou toute autre interface permettant un contact visuel et auditif, les consultations "en ligne" ont bien évolué.

Internet aujourd'hui permet de dialoguer avec quelqu'un à l'autre bout du monde en face à face. 

Aussi, la distance géographique n'empêche en aucun cas la bienveillance et l'écoute empathique.

Alors, le dialogue est possible, mais aussi l'expérience. L'alliance thérapeutique se crée de la même manière qu'en cabinet, si tant est qu'aucun des deux partenaires n'est réticent face à une webcam.

Pourquoi j'ai choisi de proposer des consultations en ligne ?

Ma première expérience n'a pas été professionnelle. Une personne qui m'est chère et qui s'est expatriée m'a fait part des ses inquiétudes quant à son accouchement à venir. Aussi lui ai-je proposé de tenter une relaxation par skype.

Lors de cette expérience, j'ai pu constater les similitudes entre ses réactions et la réaction des clients en cabinet. Elle a vécu la séance tout aussi intensément. Alors je peux vous dire que j'en ai été la première étonnée.

J'ai réitéré à plusieurs reprises sur des proches, mais bien sûr uniquement sur des séances de bien-être puisqu'il n'est pas indiqué de prendre en charge les personnes avec lesquelles nous avons un lien affectif.

Chaque fois je fus surprise de la proximité que proposait l'outil "skype".

C'est alors que j'ai commencé à proposer ce service. 

Et je dois bien dire qu'en termes d'efficacité, je ne fais pas de différence entre mes accompagnements à distance ou en cabinet.

Quel public pour les consultations en ligne ?

Je dirais: tout public qui est à l'aise face à une webcam et un ordinateur.

Je me réserve cependant le droit de refuser un client si je juge que cette approche n'est pas adaptée à sa situation personnelle.

Dans ce cas, je l'inviterais à venir consulter en cabinet, ou à aller voir un confrère si je ne suis pas dans sa zone géographique.

Bien sûr, les consultations en ligne concernent surtout les personnes éloignées géographiquement ou pour qui les déplacements sont compliqués.

(trop d'embouteillages et donc de temps perdu, état physique nécessitant de limiter les déplacements etc...)

Les limites des consultations en ligne:

Ne nous leurrons pas. Bien sûr qu'il y en a.

La première limite est la qualité de la connexion.

Même si une connexion temporairement mauvaise ou interrompue n'est pas un problème en soi, la récurrence en devient un.

Ensuite, l'aisance du client face à la webcam. 

En effet, si le client est inhibé par le procédé et qu'il ne se sent pas suffisamment confiant pour se livrer, alors les moyens du praticiens seront limités.

La troisième limite est sécuritaire.

En effet, si la personne se trouve dans un contexte dans lequel elle ne se sent pas en toute sécurité pour parler (du monde chez elle écoutant potentiellement ce qu'elle dit à son praticien par exemple), l'accompagnement ne pourra être optimal.

Je pense également aux personnes trop angoissées chez elles qui pourraient se sentir "trop seules" soit pendant la session, soit en ayant raccroché.

Il va de soi que le première séance permet de faire le point et de décider si l'accompagnement est réalisable sous cette forme ou pas. 

Si cette première séance est une réelle séance de travaille et qu'elle est facturée comme les autres à ce titre, en aucun cas elle engage le client ou le praticien pour la suite.

Chacun est libre de rennoncer au suivi au terme de cette séance.

Dans quels cas les consultations en ligne sont intéressantes ?

Bien sûr, comme je l'ai déjà dit, ils sont intéressants lorsque la personne se trouve trop loin ou qu'elle manque de temps pour effectuer les déplacements.

Concernant les motifs de consultations en ligne les plus fréquents et les plus adaptés voici une petite liste:

  • Améliorer sa confiance en soi
  • Améliorer la qualité de son sommeil
  • Gerer son stress pour optimiser ses performances
  • Développer son aisance pour parler en public
  • Gestion de la colère ou de la peur (dans un contexte précis hors domicile de la personne)
  • Apprendre à mieux communiquer...
Consultations en ligne

S'il s'agit des motifs les plus courants, bien sûr, cette liste n'est pas exhaustive.

Quels outils thérapeutiques sont proposés ?

Déjà, entendons nous bien, le client qui consulte a besoin d'opérer des changements dans sa vie. 

La finalité de l'accompagnement est donc l'action.

En effet, comment vérifier qu'un suivi a été  efficace, si la personne ne réalise pas un changement remarquable par elle comme par son entourage?

Les outils de changement qui sont proposés au client pour faciliter leur processus de changement sont principalement:

la relaxation, la PNL, la sophrologie, l'hypnose, la communication non-violente etc...

Le but ultime d'un suivi en ligne, comme en cabinet est l'autonomie de la personne par rapport au problème qui l'a amenée à consulter.

Le client développe alors ses propres compétences pour devenir autonome et pérenniser les bénéfice de son suivi.

Alors, une séance de bilan permet de s'assurer que le client est prêt à terminer son suivi et à reprendre le cours de sa vie.

Le praticien n'est qu'une "béquille provisoire" sur laquelle le client peut s'appuyer afin de réunir ses forces pour déployer ses ailes et prendre son envol.

Le client est alors plus serein car il a aligné ses actes sur ses valeurs, ses besoins et ses ambitions et s'est débarrassé des freins émotionnels, cognitifs et/ou comportementaux qui l'empêchaient d'atteindre son but.

Si cet article vous a rassuré ou sensibilisé à l'intérêt d'une consultation (en ligne ou en cabinet selon votre localisation géographique), vous pouvez me joindre au 06.64.66.03.37 ou par mail accorsophro@gmail.com.

Pour valider votre rendez-vous, cliquez ici: http://www.samantha-mercier.com/coaching-en-ligne/

Ateliers de gestion du stress sur réservation

Vous êtes dans la régions louhannaise et souhaitez participer à mes ateliers de gestions du stress?
Contactez moi au 06.64.66.03.37. 
Les places étant limitées à 8 personnes, d'autres ateliers seront prévus ultérieurement.
Restez connectés pour en être informés.

Je rappelle pour ceux qui se trouvent loin géographiquement que les suivis en ligne sont possibles dans certaines conditions. Pour en savoir plus contactez moi également.

Journée porte ouverte aux Ecuries de La Fontaine Aux Merles

 Forum santé:

 Le samedi 02 Septembre aura lieu à l'Abergement-Sainte-Colombe, la journée porte-ouverte des Ecuries de la Fontaine Aux Merles.

A cette occasion, se déroulera un forum santé du cheval.

Je participerais à ce forum en vous présentant la méthode caval-connect qui intègre le sophrologie, le coaching et la thérapie au coeur de la relation Homme-Cheval.

Qu'il s'agisse de préparation mentale pour le cavalier dans le but d'améliorer sa performance et/ou sa relation avec son cheval ou qu'il s'agisse de thérapie ou de coaching facilités par le cheval, la méthode Caval-Connect a pour but de contribuer au développement mutuel des deux partenaires.

Aussi participe-t-elle par ricochet à l'équilibre psycho-affectif et corporel du cheval, tout en participant à la même recherche d'équilibre chez l'être humain (cavalier ou non).

Cette approche novatrice a le vent en poupe depuis ces dernières années, bien que la collaboration entre l'homme et le cheval existe depuis des siècles.

A chaque époque, il y a eu des êtres humains exploitant insensiblement les chevaux. Mais également des êtres, plus humains, ayant compris que le cheval pouvait apporter beaucoup plus à l'homme qu'un moyen de locomotion ou un moyen de flatter son égo si tant est qu'on se connectait à sa sensibilité.

Ainsi, Xenophon disait déjà plus de 400 ans avant Jesus-Christ: "le cheval est un bon maître, non seulement pour le corps, mais aussi pour l'esprit et le coeur".

Je citerais également Fraçois Baucher, célèbre écuyer du 18ème siècle : "Le cheval a la perception comme il a la sensation, la comparaison et le souvenir. Il a donc le jugement et la mémoire. Il a donc l'intelligence!"

Bien sûr, le forum santé vous permettra de rencontrer d'autres intervenants, et je vous invite à lire l'affiche ci-dessous pour découvrir ce qui sera présenté.

Venez nombreux et en famille, vous risquez juste de passer un bon moment 

Samantha

Journée porte ouverte aux Ecuries de La Fontaine Aux Merles

Hypnose et sophrologie : ressemblances et différences !

Les points communs entre hypnose et sophrologie :

L'hypnose est un processus permettant de guider une ou plusieurs tierce(s) personne(s) vers un état modifié de conscience nommé "transe hypnotique".

Je vais limiter mon explication à l'hypnose thérapeutique, mais il existe de l'hypnose de rue et de l'hypnose de spectacle, ce n'est juste pas le sujet de cet article.

Dans l'état de transe hypnotique, la personne est plus perméable à la suggestion, mais conserve son libre arbitre. Cette transe peut être plus ou moins profonde.

Aussi l'hypnotiseur suggère au sujet des actes, des pensées des émotions, et si le sujet est réceptif, il ressent les émotions proposées par le praticien, s'approprie les pensées suggérées ou effectue les actions suggérées.

Dans la plupart des cas, l'hypnotiseur "sature" le conscient du sujet ou détourne son attention afin que les suggestions proposées "contournent" les résistances du mental dans la limite de son éthique morale puisque son libre arbitre reste présent.

Si le client est "désinhibé" par le processus, il n'est pas la victime impuissante du praticien, il peut, à tout moment, reprendre le contrôle de la situation si la séance ne lui convient pas.

La plupart des prises en charge en hypnose sont assez courtes, souvent 2 à 3 séances pour des problèmes de tabac, de régime etc... Toutefois, certains hypnothérapeutes associant la relation d'aide et l'hypnose pourront aborder le sujet sur des accompagnements plus longs prenant en compte divers paramètres de la problématique annoncée.

Pour certains les résultats sont probants et durables, mais dans une majorité des cas, les effets s'estompent. C'est souvent lorsque que le probème travaillé en séance n'était que la partie émergée de l'iceberg d'un souci plus profond.

Il est difficile de définir l'hypnose de façon exhaustive, car divers courants de pratique coexistent et différentes méthodes sont employées.

La sophrologie a vu le jour dans les années 60, à l'initiative d'un neuropsychiatre (Alfonso Caycedo) qui utilisait l'hypnose. 

Le professeur Caycedo fait partie de ces personnes qui trouvaient l'hypnose trop directive et entourée d'un halo de mystère qui pouvait faire peur.

Il reprochait à l'hypnose la passivité du sujet qui "abandonnait" son "pouvoir sur lui-même" à un professionnel.

Aussi, a-t-il cherché, avec d'autres, un moyen d'obtenir la transe en faisant participer le mental et en permettant au sujet de s'adresser lui-même à l'intégralité de sa propre conscience.

C'est un peu le principe de l'autohypnose d'ailleurs. L'idée est donc de proposer aux personnes des moyens d'accéder à une sorte de transe permettant une auto-reprogrammation en toute conscience.

Le terme désignant cet état en sophrologie se nomme "niveau sophroliminal".

Aussi, les deux méthodes exploitent un état modifié de conscience facilitant l'accès au changement.

Si l'état modifié de conscience rend la personne plus réceptive aux suggestions, elle peut toutefois résister à ces suggestions si :

  • Ce n'est pas le moment pour elle,
  • Ses résistances sont trop importantes,
  • Les suggestions sont contraires à son éthique ou sa morale, 
  • La relation thérapeutique n'est pas bien installée, 
  • Le client présente une psychopathologie altérant sa conscience, 
  • Le client est sous l'emprise de substances altérant sa conscience...

Hypnose et sophrologie

Pour finir, la sophrologie se compose également de différents courants.

Différences entre Hypnose et Sophrologie :

Comme nous l'avons vu, le praticien en hypnose s'adresse directement à l'inconscient du sujet, alors qu'en sophrologie, le praticien s'adresse à la conscience du sujet qui active de façon volontaire les pensées, les émotions et les décisions proposées par le praticien.

En sophrologie, l'atteinte du niveau sophroliminale passe obligatoire par une détente profonde et une prise en considération du corps alors qu'en hypnose, cette détente psychocorporelle n'est pas systématique.

En hypnose, le client est passif lors de sa séance alors qu'en sophrologie il participe activement.

De plus, en sophrologie, la personne intègre, au fur et à mesure, des techniques lui permettant d'entretenir et de pérenniser les changements mis en oeuvre.

La prise en charge en sophrologie est souvent plus longue qu'en hypnose. 

Les champs d'application de la sophrologie et de l'hypnose peuvent se superposer, seule la méthode diffère.

Conclusion:

Hypnose et sophrologie sont deux méthodes différentes pour accéder au changement.

Etant toutes deux constituées de plusieurs courants, il reste difficile d'en faire une description exhaustive.

Ce que nous pouvons retenir c'est qu'en hypnose, le client est "passif", alors qu'en sophrologie il est "acteur de son propre changement".

L'hypnotiseur suggère le changement à l'inconscient du sujet, le sophrologue aide le client à imprimer son changement dans l'intégralité de sa conscience (conscient+inconscient+corps).

La sophrologie comprend un travail sur le corps et permet de mieux intégrer son schéma corporel grâce à un état de relaxation profonde, l'hypnose peut comporter ce travail, maisi il n'est pas systématique.

Sachez que dans tous les cas, la qualité de la relation que vous développez avec votre praticien est essentielle au bon déroulement et à l'efficacité des séances.

En effet, il est essentiel de vous sentir en confiance, entendu et compris pour vous laisser embarquer dans ce voyage au coeur de votre propre conscience.

Vous avez toujours eu envie de consulter et vous hésitiez ?

Je vous reçois avec grand plaisir sur Montret ou sur Louhans ! 

Pour tout renseignement, n'hésitez pas à passer par le formulaire de contact, ou au 06.64.66.03.37.

La relation thérapeutique

Qu'est ce que la relation thérapeutique ?

La relation thérapeutique, appelée également alliance thérapeutique, est le lien qui unit le thérapeute à son client.

Il s'agit d'une relation toute particulière puisque son but est d'avoir une fin.

En effet, cette relation n'a plus lieu d'être lorsque le client est autonome face aux difficultés qui l'ont conduit chez son praticien.

Il existe plusieurs types de relation thérapeutique et les anciens clichés peuvent freiner certaines personnes par peur d'être jugées, évaluées, bousculées par un thérapeute dans la "toute puissance".

Carl Rogers, psychologue humaniste américain, a oeuvré pour changer la dynamique thérapeutique en prônant une relation d'égal à égale et a inspiré beaucoup de ses confrères.

Il est le premier à avoir introduit la notion de "client" qu'il préfère à celle de "patient" dont la connotation renvoie à la passivité et à l'attente.

Les nouvelles thérapies se veulent dynamiques et interactives.

Voici donc les points mis en avant par Rogers, pour une relation thérapeutique de qualité:

L'alliance thérapeutique gagne à être établie dans un climat de confiance et de respect mutuel.

Elle se base sur un partenariat entre le client et le praticien.

Le thérapeute accueille son client en toute bienveillance et regarde au delà d'éventuels aprioris ou jugements.

Il prend toute la mesure des émotions ou souffrances physique de son client et lui prête une oreille attentive.

Plus qu'à l'écoute, il est réceptif et accueille ce que son client lui dit, il le comprend et le reformule afin de s'assurer qu'il a bien compris et de rassurer son client en lui démontrant sa qualité d'écoute.

Il reste lui-même, et se considère "l'égal" de son client qu'il aide à développer ses propres ressources.

Il ne lui donne pas du poisson a, mais de lui apprendre à pêcher.

Aussi, point de conseils ni d'avis personnels ne seront donnés au client par le thérapeute.

Il y a discussion afin de créer un climat favorable aux prises de conscience, aux prises de décisions et surtout aux  mise en actions.

En effet, la relation thérapeutique est le terreau qui donne du sens à la thérapie. 

Comme le kiné ou l'ostéopathe redonnent du mouvement au corps, les acteurs de la relation d'aide ont pour intention de redonner du mouvement à l'esprit, facilitant ainsi une refléxion positive et une attitude proactive. (donc également de mettre le corps en mouvement)

C'est la plupart du temps dans les situations figées que les personnes décident de consulter, la notion de mouvement est donc essentielle.

Mais le mouvement devient possible en soulageant les blessures émotionnelles et en modifier les pensées négatives qui verrouillent les capacités du sujet.

Conclusion :

La relation est très importante pour que la thérapie soit efficace. Toute thérapie peut s'arrêter si une relation positive ne se met pas en place entre le praticien et le client.

Chacun est libre de cesser le suivi sans avoir à se justifier.

Il est bon à savoir toutefois que plusieurs phénomènes inconscients peuvent se manifester dans le cadre d'un accompagnement et en altérer le bon déroulement.

Aussi, votre praticien est supervisé par un pair d'expérience pour déjouer les pièges qui pourraient limiter l'efficacité de la prise en charge.

C'est donc dans un cadre sécurisé que s'établit la relation thérapeutique. Cela est important pour les deux partenaires dont le but est d'avancer côte à côte et non l'un contre l'autre...

Pour finir, je dirais qu'une bonne alliance permet de faire émerger les ressources ou capacités du client afin qu'il remette sa vie en mouvement tout en en tenant lui-même les rênes.

Si vous avez des questions, n'hésitez pas à me contacter sur accorsophro@gmail.com

La relation thérapeutique

Gérer la douleur grâce à la sophrologie

L'expérience de la douleur.

Jeanne a des douleurs chroniques. Elle a conscience que plus elle focalise son attention sur ses douleurs, plus celles-ci s'intensifient.

Chez elle, les douleurs sont difficiles à supporter le soir au coucher. 

Avant même de s'allonger, elle a peur d'avoir trop mal et de ne pouvoir trouver le sommeil.

Cette appréhension se situe déjà au niveau de ses pensées à cause de cette anticipation négative.

La crainte de la douleur commence à devenir obsessionnelle.

Elle est irritable dans ces moments-là, donc irritée.

Elle se contracte et cela renforce sa sensation de douleur. Elle se tend, et une fois au lit se tourne et se retourne en se disant que c'est injuste, qu'elle n'a "pas de chance" d'avoir contracté cette maladie, elle se sent incomprise par son entourage et le corps médical, elle rumine, cogite et se contracte encore plus.

Plus elle est contrariée plus la douleur augmente.

Le matin, elle se réveille fatiguée, manque de motivation pour aller au travail, elle se sent "grincheuse" et "lasse".

Elle a l'impression d'être "au ralenti" alors qu'elle se prépare.

Pourtant, une fois au travail, prise par le rythme soutenu de son activité, elle dit n'avoir pas le temps d'y penser. Cette vendeuse en prêt-à-porter adopte une attitude souriante et avenante face à ses clients. 

Elle avoue ne pas aimer les "pauses" car elle se "refroidit" et ses douleurs se rappellent à son bon souvenir.

Gérer la douleur grâce à la sophrologie

En quoi la sophrologie peut l'aider ?

La sophrologie est une méthode psychocorporelle qui prend en compte le mental, les émotions et le corps.

Elle permet d'utiliser les mécanismes qui déclenchent un phénomène afin d'utiliser les mêmes mécanismes pour influer sur le phénomène.

Dans le paragraphe ci-dessus, vous pouvez remarquer un véritable rituel engendrant une augmentation de la sensation de douleur.

La sophrologie n'étant pas une discipline médicale, elle n'intervient pas sur la "cause" de la douleur (sauf si cette cause est le stress, ou un problème émotionnel), mais sur l'intensité de la sensation de douleur.

Comment gérer la douleur grâce à la sophrologie ?

Dans le discours de Jeanne, nous comprenons que lorsqu'elle se focalise sur sa douleur, celle-ci augmente, lorsqu'elle "n'a pas le temps d'y PENSER", la douleur est quasiment imperceptible.

En apprenant à porter son attention sur autre chose que sur sa "douleur", et sur sa "peur d'avoir mal", elle peut ainsi réduire l'intensité de sa douleur.

Nous pouvons aussi remarquer que les "contractions musculaires" liées à son appréhension et son agacement ont pour effet d'augmenter la douleur, alors que lorsqu'elle est en relation avec ses clients dans une attitude souriante et décontractée, la douleur diminue.

La sophrologie lui permet donc:

  • D'apprendre à relâcher son corps grâce à des exercices de respiration et de relâchement corporel.
  • De focaliser son attention sur des choses positives et agréables au lieu de se centrer sur ce qu'elle ressentira lorsqu'elle aura mal.
  • D'entretenir des pensées agréables le soir au coucher afin de se "programmer à passer une bonne nuit" pour remplacer le programme actuel "je vais mal dormir, et me réveiller fatiguée".
  • D'apprendre à accueillir et accepter ses douleurs pour mieux les gérer en en diminuer l'intensité.
  • De mieux dormir, d'être plus reposée le matin au réveil et de pouvoir continuer de rester dans cette dynamique positive.
  • D'être actrice et  non passive face à cette expérience et de reprendre le contrôle de sa vie plutôt que d'être dans une attitude fataliste et de ressentir de la colère contre elle-même, et contre le monde entier comme c'est le cas quand la douleur est insupportable.

La sophrologie est une méthode efficace pour agir sur la gestion de la douleur, redonnant le pouvoir à la personne sur elle-même.

En développant les capacités de notre corps et de notre cerveau, nous avons la possibilité d'être moins sensibles à la douleur. L'idée n'étant pas de l'éliminer totalement, mais de la rendre acceptable.

Bien entendu, la sophrologie ne se subtitue EN AUCUN CAS à une prise en charge médicale, mais en est un bon complément. 

Lieux de consultations

Consultations individuelles sur rendez-vous.

Votre sophrologue vous reçoit désormais sur Montret, au centre médical, Place de l'Eglise, et à Louhans, 30 Montée Saint-Claude.

Inscriptions par mail  ou téléphone:

 samanthamercier51@gmail.com

06.64.66.03.37

Ceux qui souhaitent consulter individuellement ou qui aimeraient

des séances de groupe à un autre horaire,

n'hésitez pas à me contacter également.

Sophrothérapie à Louhans et Montret

La sophrothérapie est un accompagnement professionnel personnalisé et multidisciplinaire. 

Elle consiste à aider le client à surmonter une souffrance psychologique (et souvent également physique), afin d'élargir son champ de conscience et par extension, son champ des possibles.

Il s'agit d'un travail en profondeur, utilisant diverses approches thérapeutiques (selon le profil de la personne), dont la sophrologie.

La sophrothérapeute n'est pas un professionnel de santé, et la sophrothérapie ne se substitut en aucun cas à une prise en charge médicale. 

Par contre, elle peut être une bonne alliée dans certains cas.

La sophrothérapie permet de plonger au coeur de sa propre psyché pour mieux se comprendre, mieux se connaitre, faire émerger l'origine de certaines difficultés, identifier des besoins, des ressources et éclaircir le mental.

En y voyant plus clair dans sa situation, le sujet a une vision plus objective de sa réalité, peut définir ce qu'il veut vraiment et commencer à chercher les moyende l'obtenir.

Aussi, l'accompagnement se passe en trois temps:

1. Accueillir le mal-être, en trouver l'origine, la cause et les bénéfices secondaires.

2. Chercher et mettre en place les moyens d'accéder au mieux être.

3. Défiinir un objectif à atteindre ou un projet à réaliser pour donner "sens" à la résolution des difficultés à surmonter.

4. Se mettre en mouvement afin de réaliser des changements durables qui permettent d'atteindre l'objectif déterminé.

Sophrothérapie à Louhans et Montret

Il s'agit donc de déverrouiller une situation figée pour installer de la flexibilité facilitant les changements désirés par la personne ou de l'aider à s'adapter à des changements qui lui ont été imposés (maladie, handicap, divorce, licenciement, deuil, etc...).

Tout cela est bien sûr renforcé par la nature de la relation qui s'établit entre le professionnel et le praticien.

En effet, il est indispensable que règnent un climat de confiance et un respect mutuel.

La relation humaine est au centre de cette approche, car le client doit se sentir entendu, compris et considéré pour être suffisamment en sécurité afin d'explorer sa propre conscience et laisser remonter ce qui s'y cache sans avoir peur du jugement de la part de son praticien, qui bien sûr, est tenu au secret professionnel.

Une approche humaniste et bienveillante est donc essentielle au bon déroulement de la prise en charge.

Quoi qu'il en soit, la finalité de cet accompagnement est l'autonomie du client par rapport à la problématique qui l'a conduit à la consultation.

Le sophrothérapeute ne "vend pas du rêve" en promettant le bonheur éternel, mais il donne des clefs et des moyens pour que son client devienne plus fort pour traverser les épreuves que la vie met sur son chemin.

Durant cet accompagnement, le client apprend à développer ses propres qualités et compétences pour faire face à la réalité en se connectant à tout ce qui est positif pour lui, en gardant conscience de ce qui est négatif. Cependant, il se laissera moins "toucher" ou "impacter" par ce négatif qu'il pourra plus facilement transformer en un challenge à dépasser plutôt que comme un frein ou un empêchement.

La sophrothérapie est une expérience formidable permettant de prendre conscience de l'immensité de son potentiel et de le mettre en action afin de trouver le chemin de l'épanouissement personnel.

Car de l'épanouissement du potentiel humain dépend le monde de demain :)

Si vous souhaitez franchir le pas, vous pouvez me contacter au 06.64.66.03.37 ou par mail accorsophro@gmail.com

Je me ferais un plaisir de vous accompagner, en ligne ou en cabinet selon votre localisation géographique.

Samantha

Conférence de présentation de Caval-Connect

Venez découvrir la méthode Caval-Connect et ses deux pôles d'activité:

La méthode Caval-Connect se divise en deux pôles :

Un pôle : Amélioration de la performance équestre.


Il s'agit d'utiliser des techniques telles que la sophrologie, l'hypnose, la PNL, le coaching, (etc...) et de les mettre au service du cavalier.

Un pôle : Développement personnel.


Il s'agit d'intégrer le cheval (non monté) dans un processus de coaching ou de thérapie afin d'utiliser son intelligence émotionnelle et "l'effet miroir" pour atteindre des objectifs d'ordre privé ou professionnel.

Caval-Connect est une approche holistique prenant en compte les dimensions physiologiques, mentales et émotionnelles de l'homme et du cheval.

Son objectif consiste à faire de la relation homme/cheval une relation gagnant/gagnant.

Cette présentation sera animée par Samantha Mercier BEES1 "activités équestres", sophrologue, coach et somatothérapeute et se déroulera au centre équestre de Pré Fleuri à Saint bénigne (01190).

Cette conférence s'adresse donc :

Aux cavaliers curieux de découvrir comment ils peuvent mieux mettre à profit les consignes de leurs enseignants,

Aux cavaliers qui veulent améliorer leur relation avec leur cheval,

Aux cavaliers qui souhaitent améliorer leurs performances 
équestres qu'ils pratiquent ou non la compétition, 

mais aussi,

Aux passionnés non cavaliers qui aimeraient découvrir en quoi le cheval peut les aider dans leur développement personnel, 

Aux amoureux du cheval qui souhaitent vivre une expérience unique en travaillant sur différentes thématiques auprès des chevaux (travail sur les 5 sens, gestion du stress, affirmation de soi, communication non-verbale etc...)

Aux personnes désirant suivre un coaching ou une thérapie avec le cheval comme médiateur

Et enfin, 

Aux enseignants d'équitation qui sont intéressés par la méthode et souhaitent en faire bénéficier leurs cavaliers.

Contact: Samantha au 06.64.66.03.37

Conférence-de-présentation-de-Caval-Connect

Caval-Connect® pour entreprise près de Chalon sur Saône


En partenariat avec le Manège de la Tuilerie, Samantha Mercier anime des journées de formation pour les entreprises.

Dans un environnement adapté, sécurisé et loin du cadre habituel de l'entreprise, ces journées de formation offrent une expérience unique permettant d'aborder différentes thématiques telles que la gestion du stress, la cohésion d'équipe, la communication (etc...)

L'intégration du cheval dans cette dynamique permet de mettre sa sensibilité et sa réactivité au service des besoins collectifs et individuels en fonction de la thématique abordée.

Ce travail en groupe et au contact des chevaux permet de développer

  • sa conscience corporelle et la conscience de sa communication non-verbale,
  • son acuité sensorielle,
  • son sens de l'observation de la communication non verbale d'autrui,
  • son intelligence émotionnelle et relationnelle,
mais permet aussi:
  • de dépasser une peur, ou tout au moins de l'accepter et de la minimiser, 
  • de canaliser une énergie trop "débordante", 
  • de découvrir une nouvelle façon d'entrer en relation, 
  • d'apprendre à gérer la frustration, 
  • de développer son charisme et son leadership,
  • de découvrir le lâcher-prise.
Caval-Connect® pour entreprise près de Chalon sur Saône

La présence des chevaux apporte une dimension affective mais également permet de retrouver une certaine authenticité car le cheval ne juge pas, il réagit simplement à ce qu'il perçoit.

Les mises en situations proposées, permettent de mettre en lumière à la fois les difficultés rencontrées,  des pistes d'amélioration et les points forts individuels. 

Ces journées sont effectuées dans une dynamique de bienveillance, de non-jugement et de coopération entre les participants et entre participants et encadrants.

Pour ceux qui le désirent un temps d'équitation sera proposé, car l'activité se déroule principalement à pied au contact du cheval et non pas sur le cheval. 

Les différents exercices proposés seront bien-sûr débriefés. Seront également intégrés dans ces journées, des exercices de sophrologie, de coaching et/ou de PNL permettant à chacun de ressortir enrichi de nouveaux apprentissages permettant un épanouissement personnel et/ou professionnel.

Ces formations se déroulent donc au manège de la Tuilerie, repas du midi compris afin d'être en totale immersion sur la journée.

Les encadrants sont des professionnels diplômés de l'équitation ayant une bonne connaissance du cheval et de la sécurité liée à son utilisation. 

Ce projet vous intéresse ?

Contactez Samantha Mercier en un clic.

Salon des arts Zen à Branges - 10 et 11 septembre 2016

Samantha Mercier sera présente au Salon des Arts Zen à Branges les samedi 10 et dimanche 11 septembre.

A cette occasion, elle présentera la sophrologie et la méthode Caval-Connect®.

Venez nombreux ! (cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Découvrez la méthode Caval-Connect®

Cette méthode s'adresse à deux types de public

  • Un public de cavaliers qui souhaitent bénéficier d'une préparation mentale pour optimiser leurs performances, mais également leurs relations avec leurs chevaux.
  • Un public plus étendu, à la recherche du bien-être ou souhaitant effectuer un travail sur soi (confiance en soi, développement des capacités, de certaines compétences, gestion des émotions, des douleurs, du sommeil, etc...) grâce à la sophrologie et à la présence et la collaboration du cheval comme vecteur de bien-être.

 

C'est à cette deuxième catégorie de public que s'adressent ces ateliers sophrologie et cheval. Le cheval est un être sensible et subtil qui se fait miroir de nos émotions et de nos comportements inconscients. Il reflète donc nos points forts et nos points faibles, qui sont ensuite utilisé comme autant de leviers du changement.

Monitrice d'équitation diplômée d'état, mais également coach et sophrologue, je vous accompagne dans cette expérience en vous proposant un travail sur la respiration, les 5 sens, la relaxation physique et mentale et je vous initie à quelques techniques sophroniques facilitant l'atteinte de vos objectifs quels qu'ils soient.

Le contact avec les chevaux servira de support, sachant que ces stages ne comprennent pas d'équitation, juste l'utilisation des chevaux à pied, en main ou en liberté.

Profitez de l'été pour venir vivre une expérience unique dans un cadre champêtre et une ambiance convivial à la ferme équestre des CAVALIERS DE PRE FLEURI 01190 SAINT BENIGNE.

Les dates des prochains ateliers sont :

  • Le Dimanche 07 Août
  • Le Samedi 13 Août
  • Le Dimanche 14 Août

Les horaires d'activité sont de 9h à 12h et de 14h à 17h, la pause déjeuner étant libre.

Programme des ateliers Caval-Connect®

Le matin

  • Accueil des participants et présentations mutuelles
  • Détermination des objectifs individuels et de l'objectif du groupe
  • Découverte de la sophrologie
  • Découverte du cheval en liberté

12h-14h pause déjeuner libre

L’après-midi

  • Point sur la matinée, dialogue autour des objectifs,
  • Mise en situation avec les chevaux
  • Retour en salle et feed-back

Tarif : 150 euros

Inscriptions ou demandes de renseignement par mail (samanthamercier51@gmail.com) ou téléphone : 06 64 66 03 37

30 Montée de Saint-Claude
71500 Louhans
Tel. 06 64 66 03 37

30 Montée de Saint-Claude

71500 Louhans

Acc'Or